500 euros pour quelques-uns ou un peu plus pour tous ?

| popularité : 1%
En toute cohérence avec sa position sur le recours aux heures supplémentaires, le SE-Unsa s’est abstenu lors du CTM(*) du 12 juillet 2016 sur l’abrogation du décret visant à supprimer la prime de 500 euros pour 3 heures supplémentaires.
 
Rappelons que c’est sous l’ère sarkozyenne que cette prime découlant du « travailler plus pour gagner plus » avait vu le jour afin de pousser davantage de collègues à prendre ces heures, au détriment de la création de postes.
 
Tout en contestant le calendrier de mise en application de cette mesure (dès cette rentrée), le SE-Unsa demande, lui, une revalorisation qui touche tous les personnels et non ce type de « récompenses » qui ne peuvent être, de par leur nature et la contrainte qu’elles font peser sur la vie personnelle des collègues, accessibles à tous.
 
Les mesures PPCR(**) qui vont permettre à tous d’aller plus vite et plus haut en termes de rémunération se mettent en place et offrent des perspectives bien plus intéressantes à l’ensemble de la profession que des primes coups de poing réservées à quelques-uns, tout en n’amputant pas la dynamique de création de postes lancée.
 
 
(*) Comité technique ministériel
(**) Parcours professionnels, carrières et rémunérations