Affectation des enseignants spécialisés : la note de service est publiée

| popularité : 1%
Suite à un groupe de travail consacré  au mouvement des collègues titulaires (ou non) du Cappei, le SE-Unsa avait demandé à être destinataire de la note de service qui devait cadrer les conditions d’affectation des collègues sur les postes spécialisés. C’est chose faite. Des propositions du SE-Unsa ont été reprises, d’autres n’ont pas trouvé d’écho. 
 
DÉCRYPTAGE
 
Accès aux postes 
Nous avions demandé que les demandes de postes accessibles simultanément à des enseignants du 1er et du 2d degré soient étudiées dans une commission mixte. Cela a été entendu sans remettre en cause le fonctionnement paritaire puisque ces nominations seront validées par les commissions paritaires compétentes. Des collègues affectés à titre provisoire sur des postes spé pourront postuler à la formation en fonction des places disponibles. Aucune bonification ne vient s’ajouter aux titulaires du Cappei dans le second degré pour l’obtention d’un poste. 
 
Priorités d’affectation
Nous avions demandé que les enseignants  soient affectés selon un ordre de priorité, nous avons été partiellement entendus. Certes, les administrations locales sont appelées à respecter la détention du module qui ouvre la voie à un type de poste mais le ministère n’est pas revenu sur l’affectation à titre définitif en attendant l’obtention du module. 
 
Suite de la formation
Nous avions demandé qu’une trace de l’engagement dans cette formation soit conservée pour l’accès aux 100 heures supplémentaires dans les 5 ans qui suivent. Ce devrait être chose faite, la note de service indiquant la création d’une option « formation Cappei en cours » qui permettra de prioriser les demandes de ces collègues aux MIN (Modules d’initiative nationale). 
 
En conclusion 
Ce texte a le mérite de lisser les différentes pratiques locales, qui ouvre une possibilité de discussion avec les organisations syndicales mais qui maintient une option que nous dénonçons, l’affectation à TD sans le module correspondant et qui à terme prend le risque d’ouvrir en grand la disparition des différences professionnelles. 
 
 
En PJ : la note de service DGRH-DGESCO du 21-12-18