Agenda social : la qualité de vie au travail doit faire partie des discussions !

| popularité : 1%
Le ministre a lancé son agenda social le mercredi 16 mai.
Malheureusement la question transversale de la qualité de vie au travail en est absente.
Le SE-Unsa remettra ce sujet à l'ordre du jour lors de la réunion d'ouverture des discussions.
 
L’organisation du travail est un élément fondamental de la qualité de vie au travail. Elle permet à chacun d’anticiper, de se projeter sur la tâche à accomplir. Planifiée sur la semaine, la période et l’année, cette organisation doit dégager des temps concourant à un meilleur service rendu.

Ainsi, des temps de concertation, des possibilités de formation continue sur site constituent des facteurs positifs, favorisant un meilleur travail en équipe.

De plus, limiter la charge de travail administratif au profit de la réflexion pédagogique et de sa réalisation concourt également à cette qualité de vie au travail.
 
Les conditions matérielles doivent être réunies notamment en termes d’espaces et installations d’enseignement et de travail, de maintenance de matériel, de réseaux informatiques opérationnels, de seuils de température, d’éclairage et de ventilation des locaux, de ressources documentaires, de matériel pédagogique approprié et de mobilier adapté…


L'instauration d'une réelle médecine de prévention
 
Pour le SE-Unsa, l’instauration du service de médecine de prévention inscrit dans la réglementation doit être effective dans l’Éducation nationale. C’est un enjeu crucial pour l’expertise des conditions de travail, d’hygiène et de sécurité, la prévention de l’altération de l’état de santé des personnels, la surveillance médicale.
 
Aussi, le SE-Unsa revendique :
  • pour tous les personnels la visite médicale annuelle à laquelle ils ont droit ;
  • un accroissement du nombre de médecins de prévention ;
  • une mise en œuvre plus effective de la prévention primaire notamment dans le cadre plus large d’actions de formation.


Le CHS-CT : un outil de contrôle et de régulation indispensable

Les prérogatives des CHS-CT et de leurs membres doivent être totalement respectées ; les projets gouvernementaux de fusion des CT-CHSCT sont une atteinte à l’efficacité de cette instance.

 
Concilier vie pro-vie perso : trouver un meilleur équilibre

Afin de mieux respecter les organisations personnelles des personnels, il convient de mieux anticiper et planifier les demandes professionnelles. Les réunions ne doivent pas être multipliées mais optimisées afin d’être plus efficaces : planifiées, balisées dans le temps et la durée. Il est impératif d’identifier des bornes horaires, de dégager des demi-journées sans sollicitation afin de ne pas empiéter sur le temps consacré à la vie personnelle.
 
L’outil numérique transforme l’organisation du travail. Il faut mener une réflexion sur son usage car il ne doit mener ni à l’isolement, ni à l’empiètement sur la sphère privée.
 
Une réflexion sur l’aménager des fins de carrière est indispensable à l’heure où les carrières s’allongent et les conditions de travail se dégradent. Le SE-Unsa souhaite que le ministère prenne en compte « l’usure » que connaissent les collègues en fin de carrière en leur proposant des allègements horaires et la possibilité d’adapter leurs missions.
 
Toutes ces prérogatives devront être au cœur des discussions, le SE-Unsa y veillera !