Agrégés dans le supérieur : des pistes pour le recrutement et la carrière

| popularité : 1%
Un rapport de l’Inspection générale du ministère a été publié en juillet 2016 sur la place des agrégés dans l’enseignement universitaire. Il porte à la fois sur le recrutement des enseignants du second degré par les universités, sur les particularités de leur avancement et de leur carrière, et sur l’absence de mesures spécifiques pour prendre en compte leur investissement (7225 agrégés et 5695 certifiés y interviennent).
 
Le rapport évoque la « vocation mixte d’un corps positionné à la fois sur le secondaire et l’enseignement supérieur » tout en constatant que les passerelles permettant aux agrégés de devenir maîtres de conférences sont peu utilisées. Les enseignants concernés se sentiraient peu valorisés dans leur carrière : des retards pour l’accès à la hors-classe et à la liste d’aptitude sont constatés pour les enseignants intervenant à l’université. De plus, les universités et leurs composantes font appel de manière inégale aux enseignants du second degré (un quart des agrégés de l’enseignement supérieur sont issus de 4 disciplines seulement).
 
Pour le SE-UNSA, les agrégés ont vocation à enseigner au sein d’un bloc bac – 3 / bac + 3 qu’il reste à construire, pour faciliter les passerelles entre les filières et les types d’établissements, et pour limiter l’échec en 1er cycle universitaire. Le rôle des agrégés dans la démocratisation de l’enseignement supérieur peut devenir essentiel, et passe alors par la prise en compte des besoins des universités pour augmenter le nombre de postes offerts à l’agrégation.
 
La carrière des enseignants intervenant dans l’enseignement supérieur doit être valorisée dans le PPCR (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations), dispositif de revalorisation des carrières des enseignants qui entre en vigueur cette année, notamment pour accéder au 3ème grade créé, à savoir la classe exceptionnelle. Des aménagements, prévus, doivent être généralisés pour soutenir les agrégés qui le souhaitent dans la préparation de leur doctorat, indispensable pour ceux qui souhaitent intégrer le corps des maîtres de conférences.
 
Pour aller plus loin, lire le rapport