Après les EAP, l’apprentissage pour les étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement, dès la rentrée 2015

| popularité : 2%

Il s’agira de décliner aux métiers de l’enseignement et de l’éducation, le plan global apprentissage prévu dans la fonction publique. Pour l’Éducation nationale, il s’agirait de proposer à des étudiants des contrats à  quart temps dès la licence2 et jusqu’au Master 1 MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation). En licence, ces étudiants seraient placés aux côtés d’un tuteur (enseignant ou CPE), l’assisteraient et s’initierait ainsi progressivement à la complexité du métier.

Ces contrats d’apprentissages seraient proposés en priorité aux étudiants boursiers dans des académies et/ou de niveaux ou disciplines d’enseignement qui peinent à recruter. La rémunération serait celle de l’apprentissage qui tient compte de l’âge et du nombre d’années en contrat. Elle sera cumulable aux bourses et ne devrait pas être très différente de la situation des EAP.

Pour le SE-Unsa, ces annonces vont dans le bon sens notamment parce qu’elles n’abandonnent pas le soutien aux étudiants socialement les plus fragiles et qu’elles visent à soutenir le vivier des futurs professeurs tout en soutenant les écoles et les établissements. Elles méritent cependant d’être détaillées par le ministère pour s’assurer que la bonne idée soit à la hauteur de ses ambitions  transforme bien en dispositif viable. Il y a nécessité de préciser sans tarder les éléments de rémunération de cette formation en alternance.

Ceci étant, il faut tirer les leçons de celui du plan EAP inauguré il y a seulement deux ans.

La question de l’accompagnement jusqu’au concours est primordiale. Les futurs « apprentis enseignants » devront pouvoir bénéficier de modules de préprofessionnalisation dans les Espé reconnus par des crédits (ECTS). Leurs tuteurs devront être soutenus dans leur mission pour qu’ils puissent jouer pleinement leur rôle.

Le suivi administratif et pédagogique du dispositif devra être assuré par un seul interlocuteur pour les étudiants comme pour leurs tuteurs. Il ne doit plus être question de s’adresser au rectorat pour la rémunération, à l’Espé pour l’accompagnement et à l’université pour la reconnaissance de cette activité professionnalisante.

Le Master Meef devra proposer l’alternance dès la M1 pour que cet « apprentissage » représente une chance de plus de réussite au concours et non handicap du fait de l’incompatibilité des cours avec les horaires du contrat.

Ce nouveau dispositif doit entrer en vigueur dès le mois de septembre 2015. Le SE-Unsa a souhaité que ce soit effectivement le cas pour ce qui est du contrat des étudiants mais que l’on se donne le temps pour la mise en route effective.