Ça bouge sur le front de la certification !

| popularité : 2%
Le ministère annonce sa volonté d’alléger le parcours certificatif vers le baccalauréat professionnel.
 
S’appuyant sur les conclusions du groupe de travail qui a réuni les organisations syndicales et la DGESCO l’an dernier, il propose le scénario suivant :
  • Quelques épreuves anticipées en classe de première qui donneront lieu à la délivrance d’un Diplôme intermédiaire si le candidat obtient la moyenne.
  • Le reste des épreuves aura lieu en terminale et le CCF évoluera pour se rapprocher du contrôle continu tel qu’il est envisagé dans le bac général et technologique (nombre d’épreuves restreint et banque nationale  de sujets), ce qui devrait réduire la pression pour les enseignants.
  • Une épreuve « chef d’oeuvre » (présentation du projet) sera ajoutée.
  • En cas d’échec à l’examen, une attestation des blocs de compétences validés sera délivrée dans l’optique d’un futur retour en formation.

Le SE-Unsa approuve ce nouveau schéma, moins lourd pour les enseignants et les élèves. Le rapprochement avec le bac général et technologique contribuera à la valorisation du bac professionnel.
Reste à obtenir un traitement comparable des enseignants en classes d’examen : le SE-Unsa revendique une pondération comparable à celle des certifiés et agrégés en lycée GT et une indemnité de contrôle continu.