Carte scolaire 1er degré : zéro ambition !

| popularité : 3%
La répartition entre les académies des moyens budgétaires pour la rentrée 2020 est désormais connue.
Le SE-Unsa a dénoncé que les moyens consacrés au premier degré ne soient pas à la hauteur de l’ambition affichée. Si la dotation de +440 postes a été confirmée lors du comité technique ministériel du mercredi 18 décembre 2020, il s’agit d’une dotation positive alors que la démographie du 1er degré est en baisse.
Pourtant, alors que le ministère annonce une priorité avec de nombreux objectifs, à y regarder de près, le compte n’y est pas !

 

Si la priorité au premier degré reste affirmée, la dotation ne couvrira pas la réalité des besoins.

La dotation budgétaire ne permettra pas de tenir les engagements d’étendre des dédoublements des classes en grande section de Rep et de Rep+, ni de garantir la limitation des effectifs de ces classes et de celles de CP et CE1 à 24 élèves.

Elle n’empêchera pas non plus des tensions croissantes dans les classes ne bénéficiant pas du dédoublement et dans les secteurs urbains ne relevant pas de l’éducation prioritaire.

De plus, les tensions dans le domaine du remplacement (formation continue, remplacements de courte durée, remplacements longs, difficultés à assurer les journées de décharge des directeurs d’une à trois classes) sont massives. Ces difficultés ne trouveront pas de réponses satisfaisantes.

L’engagement de créer 6 000 postes en 3 ans dans le 1er degré ne sera sans doute pas tenu.

Le SE-Unsa revendique que les moyens mis à disposition des académies soient à la hauteur des ambitions affichées.

La nécessité de donner au projet de l’école inclusive les moyens de ses ambitions ne trouve pas de réponses. Pourtant, cela nécessiterait notamment d’affecter des moyens supplémentaires pour les personnels de Rased et de PsyEN EDA.

L’offre éducative en milieu rural depuis la maternelle est marquée par l’absence de volonté suffisante pour sa structuration et la préservation de son tissu scolaire.

Qui plus est dans le contexte des élections municipales, les décisions d’ouverture/fermeture de classes dans le premier degré devraient être repoussées. Une fois de plus, cela génèrera des tensions pour préparer la rentrée 2020 dans des conditions satisfaisantes.

Enfin, le ministère s’est engagé à flécher des postes Usep dans chaque département. Qu’en sera-t-il dans ce contexte budgétaire ? Le SE-Unsa demande que le ministère donne des consignes en ce sens et veille à leur respect sur le terrain. Le SE-Unsa y sera attentif.

Pour le SE-Unsa, les tensions existantes sur le terrain vont s’accroître lorsque les moyens annoncés seront répartis au niveau local.