Certification pour être formateur académique dans le second degré - Caffa

| popularité : 1%
 
 

À compter de la session 2016, un certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique (Caffa ) se met en place. Il se déroulera sur deux ans avec une épreuve d’admissibilité qui devra permettre d’entrer dans un cursus de certification accompagnée pour présenter, l’année suivant les deux épreuves d’admission. Le Caffa permet de postuler aux fonctions de professeur de formateur académique.

Ce Caffa se veut formateur pour ses candidats qui seront associés à la conduite d’actions de formation et inscrits eux-mêmes dans un parcours de formation spécifique. Le SE-Unsa a obtenu ces avancées dans les textes. Il se mobilise maintenant dans les académies pour qu’elles se concrétisent.


L’essentiel sur le Caffa

L’épreuve d’admissiblilité repose sur un entretien avec le jury, lequel s’appuie sur un dossier fourni par le candidat, comprenant un rapport d’activité de 5 pages au maximum, hors annexe et le(s) rapport(s) d’évaluation (administrative et pédagogique).

Le rapport d’activité consiste en la présentation par le candidat de son itinéraire professionnel (présentation d’une expérience professionnelle significative, le cas échéant dans le champ de l’accompagnement et de la formation).

Des modules de formation sont proposés en académie pour préparer l’épreuve d’admissibilité.

Le candidat admissible entre dans un cursus de certification accompagné dans le cadre du plan académique de formation. Il se voit confier, chaque fois que cela est possible, et obligatoirement s’il ne l’a jamais été, le tutorat d’un stagiaire, d’un étudiant inscrit en master métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation, ou des actions ponctuelles de tutorat.

Il se forme progressivement en participant au travail collaboratif entre tuteurs et en accédant aux ressources et aux formations spécifiques proposées en académie, et le cas échéant par l’ESPE.

Le cursus comprend notamment des modules de méthodologie et d’initiation à la recherche. Ces modules peuvent, dans des conditions fixées par convention entre le recteur d’académie et le directeur de l’Espe, donner lieu à la délivrance d’unités d’enseignement capitalisables et transférables du système européen, dit « système européen de crédits - ECTS » mentionné à l’article D. 123-13 du code de l’éducation, et, le cas échéant, à l’inscription dans des modules du master « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation, mention pratiques et ingénierie de la formation ».

 

L’admission comporte deux épreuves :

1) une épreuve de pratique professionnelle, consistant, soit en une analyse de séance dans le cadre du tutorat, soit en l’animation d’une action de formation, suivie d’un entretien avec le jury. 

2) la soutenance d’un mémoire professionnel de 20 à 30 pages hors annexes, consistant en un travail personnel de réflexion s’appuyant sur l’expérience professionnelle du candidat et traitant d’une problématique d’accompagnement ou de formation.

 

Les critères d’évaluation

Ces deux épreuves doivent permettre au jury de se prononcer sur la maîtrise des compétences professionnelles attendues d’un formateur au regard du référentiel de compétences professionnelles du formateur.

 

Sont dispensés de l’épreuve d’admission :

- les personnels enseignants et d’éducation confirmés dans les fonctions de formateur d’enseignants du second degré et de formateur de conseillers principaux d’éducation, sans discontinuer pendant trois années à la date de prise d’effet du décret et proposés par le recteur d’académie ;

- les enseignants du second degré exerçant la fonction de conseiller pédagogique départemental pour l’éducation physique et sportive auprès des inspecteurs d’académie, directeurs académiques des services de l’éducation nationale.

 

La composition du jury

Le jury, présidé par le recteur d’académie ou par son représentant, est composé de :

a) un inspecteur du second degré représentant le recteur d’académie ;

b) un chef d’établissement d’un établissement public local d’établissement ;

c) un inspecteur de l’éducation nationale du premier degré ;

d) un formateur académique.

Deux examinateurs qualifiés sont adjoints au jury pour l’épreuve de pratique professionnelle :

- un inspecteur du second degré de la discipline ou de la spécialité dont relève le candidat ;

- un enseignant de l’école supérieure du professorat et de l’éducation proposé par le directeur de celle-ci.

 

Conservation du bénéfice de l’admissibilité

Les candidats ayant été déclarés admissibles et qui n’ont pas été admis, conservent le bénéfice de leur admissibilité pour deux nouvelles sessions d’examen sur une période de quatre années après la fin de la session où ils ont été déclarés admissibles, y compris en cas de changement d’académie.

 

Autres ressources :

Pour retrouver la circulaire parue au BO du 23 juillet 2015 et ses annexes (référentiel de compétences et grille d’évaluation) : http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=91546

Pour toute question ou pour recevoir notre Info lettre spéciale « formateurs » écrire à secteur.formation@se-unsa.org