Collège 2016 : La formation de tous, c’est sur le temps de service !

| popularité : 1%
Le ministère a prévu un vaste plan de formation pour préparer la mise en œuvre de la réforme du collège.

 

Celui-ci représente de 5 à 8 jours de formation pour l’ensemble des enseignants de collège. Une ampleur jamais vue ! Encore faut-il que cette formation soit organisée dans le respect des personnels et en tenant compte de leurs attentes et de leurs besoins.

Respecter les personnels, c’est respecter leur statut

Le nouveau statut des enseignants du second degré ne change rien aux pratiques actuelles en matière de participation à des actions de formation continue. Celles-ci doivent être programmées dans les horaires de travail ordinaires des enseignants. Pour le SE-Unsa, le calendrier des formations devra également tenir compte de l’organisation des AS.

Aucun travail collectif d’envergure ne peut être envisagé sans libérer les établissements de la prise en charge des élèves sur plusieurs journées au cours de cette année. Si le ministère tient à ne pas supprimer de cours, c’est à lui de fournir des moyens de remplacement, pas aux enseignants de travailler en dehors des horaires réguliers.

Respecter les personnels, c’est tenir compte de leurs attentes et de leurs besoins

La formation-information descendante imposée à tous les établissements sous la même forme n’a pas d’intérêt. Une fois les quelques éléments essentiels partagés, la main doit être donnée aux équipes pour qu’elles identifient leurs questionnements et qu’elles soient accompagnées dans la construction de leurs réponses originales. C’est bien la construction du projet pédagogique de chaque collège qui doit être au cœur de ces journées de formation.

La formation pendant les vacances d'automne

Un nombre important de recteurs se sont saisis de la proposition du ministère d’offrir des journées de formation aux enseignants volontaires (en priorité les membres des conseils pédagogiques) pendant les vacances d’automne et contre une rémunération de 50 euros environ par journée. Pour le SE-Unsa, cette formation est une démarche de développement professionnel personnelle. Elle n’a rien d’obligatoire et n’a rien à voir avec une « formation de formateurs ». On ne saurait exiger des collègues qui auront participé à ces stages qu’ils deviennent ensuite « formateurs » dans leur établissement.

Le SE-Unsa souhaite que tous les enseignants aient bénéficié au minimum d’une première journée de formation sur leur temps de service avant la fin novembre, de manière à ce qu’ils puissent se saisir des enjeux de la réforme et en particulier des modalités de l’utilisation des marges d’autonomie qu’elle confie aux établissements.