Création du corps unique des psychologues de l’Éducation nationale

| popularité : 1%
La proposition du ministère de regrouper, dans un corps de psychologues de l’Éducation nationale, les psychologues scolaires et les conseillers d’orientation psychologues (COPsy), représente pour le SE-Unsa une avancée remarquable. En effet, ce corps unique est revendiqué par l’Unsa-Éducation depuis près d’un quart de siècle.

Aujourd’hui, deux professionnels autorisés à porter le titre professionnel de psychologue, conformément à la Loi du 25 juillet 2005 sur la réglementation de ce titre, exercent dans l’EN : ce sont les psychologues dits «scolaires» et les conseillers d’orientation psychologues (COPsy). Tous deux sont psychologues, mais ils exercent des missions différentes. Leurs recrutements et leurs statuts sont également différents, en raison de l’histoire de leurs origines.

Les missions

La mission du psychologue se situe à la fois dans la recherche des conditions facilitant les apprentissages et le développement harmonieux de l’enfant et l’adolescent, dans la compréhension de ce qui y fait obstacle et dans la recherche de solutions adaptées. Face aux situations de handicap, il intervient pour évaluer la nature et l’importance des difficultés, il contribue à élaborer un projet personnalisé en apportant son expertise sur les difficultés rencontrées par l’enfant. Il participe à l’inclusion de l’élève, à l’accompagnement de la famille dans une perspective de co-éducation, ainsi qu'à l'élaboration du projet d'orientation. 

Le COPsy intervient dans la lutte contre le décrochage, afin de prévenir l’échec scolaire souvent à l’origine des troubles du comportement, de l’absentéisme, de l’absence de projet de formation. Il contribue à la réussite scolaire et à l’élaboration des projets scolaires et professionnels des élèves et des étudiants. Il intervient auprès des adolescents en situation de handicap. Il participe à des actions d’information et de réflexion sur l’orientation principalement destinées au public des élèves et des étudiants.

Recrutements et statuts actuels

Les COPsy ont un statut propre depuis 1991, date de création du diplôme d' État de conseiller d’orientation psychologue. Ils sont recrutés sur concours à la licence de psychologie et suivent deux années de formation. Ils interviennent au collège, au lycée et dans les CIO.

Les psychologues scolaires ont un statut d’enseignant et exercent dans les écoles maternelles et élémentaires.

C’est en 1945 que le premier psychologue scolaire, Bernard Andrey, est nommé dans l’Éducation nationale. Dans les années suivantes, instituteurs et professeurs formés en psychologie deviendront psychologues scolaires. Leur champ d’intervention à l’origine s’étend jusqu’au lycée. Par la suite, l’Éducation nationale a continué d’employer des psychologues scolaires, mais ceux-ci seront exclusivement issus du corps des enseignants du 1er degré et ils n’interviendront plus que dans les écoles maternelles et élémentaires. Ils doivent avoir enseigné 3 années et être titulaires de la licence en psychologie pour pouvoir suivre un stage de formation d’une année afin d’obtenir le diplôme d’État de psychologie scolaire (DEPS) qui est un diplôme dérogatoire. En effet, ils n’ont en tout que 4 années de formation en psychologie, alors que tous les autres psychologues en France reçoivent 5 années de formation.

Nouveau recrutement pour le corps des psychologues de l’Éducation nationale

Dans son projet, le ministère prévoit que les psychologues et les COPsy soient titulaires d’un master de psychologie, et bénéficient ensuite d’une année de stagiarisation comprenant une formation plus professionnalisante. Il propose une sélection par concours ouverts aux étudiants inscrits au plus tôt en première année de master de psychologie, toute mention. Il impose une particularité : obligation sera faite aux seuls lauréats titulaires du M1, de suivre le M2 de psychologie mention "éducation et formation" dont il envisage de définir les contenus, alors que les lauréats déjà titulaires du M2 de psychologie, quelle que soit la mention, suivraient seulement une formation adaptée à leur parcours lors de leur année de stagiarisation.

Le SE-Unsa ne souhaite pas qu’une formation spécifique soit imposée à une catégorie de lauréats. D’ailleurs, les effectifs de lauréats titulaires d’un M1 seront-ils suffisants pour mettre en place ce M2 spécifique ? De plus un master constitue un bloc d’enseignement. Il y aurait donc rupture dans les enseignements... Il serait plus logique de placer le concours en fin de M2. Ceci permettrait d’ailleurs de profiler plus efficacement les lauréats avec des questions professionnelles lors des épreuves. Libre aux candidats de choisir les spécialités de master qui les prépareraient le mieux au concours...

Dès l’inscription au concours, le candidat devra choisir une option parmi les deux proposées selon les missions envisagées (Psychologue ou COPsy). Leur appellation n’est pas encore définie. Le SE-Unsa propose « Psychologie et Enseignement » et « Psychologie et Conseil en orientation ». Ces options ont l’avantage de ne pas maintenir la scission 1er degré et 2nd degré, et de respecter les nouveaux cycles définis suite à la Loi de la Refondation. Le concours interne est prévu. Il pourra être ouvert aux fonctionnaires, militaires et agents non titulaires, à partir du M1 de psychologie.

 
Pour le SE-Unsa, la création du corps des psychologues de l'Éducation nationale est indispensable.

L’harmonisation de la formation (master de psychologie) des psychologues de l’Éducation nationale avec celle des autres professionnels de la psychologie (qu’ils exercent en libéral, dans le secteur associatif, dans l’entreprise, dans d’autres secteurs de la Fonction publique...) était demandée par le SE-Unsa, car elle permet de garantir le haut niveau de compétence des psychologues intervenant au sein de l’Éducation nationale. Avec l’allongement de la scolarité, l’augmentation du nombre d’élèves à besoins particuliers ou handicapés et le développement de l’inclusion scolaire, l’intervention des psychologues de l’Éducation nationale est de plus en plus souvent sollicitée. Or, suite à la masterisation des enseignants (Master enseignement éducation et formation : MEEF), le vivier de candidats titulaires d’une licence de psychologie s’est restreint, et celui des titulaires d’un master de psychologie est inexistant. De plus, le corps unique faci­li­te la mise en place du lien école-collège.

Le SE-Unsa favorable au projet du ministère.

L’année de stagiarisation était également demandée par le syndicat car elle permet d’approfondir la spécialisation et l’adaptation au milieu scolaire. De même, il est nécessaire de prévoir la mise en place d’une formation « passerelle » pour qu’au sein du corps unique, les professionnels puissent passer d’une fonction à l’autre, en cours de carrière. Cette proposition a retenu l’attention du ministère. Le SE-Unsa souligne que la création de postes de psychologues conseillers techniques auprès des IA- DASEN et des recteurs devra être prévue. 

Les travaux engagés se poursuivent.

Le ministère a prévu de continuer les réunions avec les organisations syndicales pour travailler les autres étapes de la construction de ce nouveau corps et de son concours qui pourrait voir le jour en 2016.

Le SE-Unsa a déjà présenté plusieurs propositions pour faire évoluer le projet. Il maintiendra ses exigences pour la création du corps des psychologues de l’Éducation nationale, qui va réunir psychologues et COPsy. Ce nouveau corps doit permettre une évolution de la formation des professionnels et déboucher sur une revalorisation de la carrière des personnels.