Départs en formation CAPA-SH 2013 : fin de l’hécatombe ?

| popularité : 1%
La CAPN 1er degré s’est réunie le 28 mai 2013. L’un des points à l’ordre du jour concernait les départs en stage CAPA-SH pour l’année 2013-2014. Ce point était très attendu car il symbolise la volonté de rupture annoncée avec les politiques de destruction massive de postes dans l'Éducation nationale ces 5 dernières années, et particulièrement en ce qui concerne les Rased qui ont payé un lourd tribut.

Ces cinq dernières années, l’ASH a été une variable d’ajustement dans le cadre des opérations de carte scolaire, les départs en formations spécialisées étaient en chute libre. En effet, de 1854 départs en 2007-2008, seulement 752 pour 2012-2013, la situation était devenue très inquiétante notamment pour les options E et G, mettant à mal le fonctionnement des Rased et laissant des élèves et des équipes sans accompagnement. 

Le SE-Unsa compte sur le groupe de travail enfin programmé pour l’automne avec en perspective, la réécriture d’une circulaire sur les missions des Rased. Les propositions qui ont été faites semblent enrayer cette hémorragie.

L’analyse des documents révèle cependant des situations contrastées. Le SE-Unsa a demandé un état des lieux des faisant fonction dans les différentes spécialités et regrette qu’un important vivier de personnels formés n'exerce plus dans leur spécialité, désabusés par les attaques de ces cinq dernières années.

Concernant la formation DDEEAS, la chute se poursuit. De fait, de nombreux postes restent vacants et sont occupés par des faisant fonction. Une inquiétude domine chez ces collègues, le rétrécissement des cadres d'emplois qui leur supprime les possibilités d’exercer en IME, ÉREA avec comme seule possibilité la direction de Segpa. Une  évolution de la formation et du diplôme s’impose pour améliorer la fluidité des carrières.

Pour le DEPS, les orientations vont dans le bon sens. Cependant, la question de la formation des psychologues est toujours latente et les interrogations de nos collègues de plus en plus pressantes sur leur statut et l'avenir de leur formation. Celle-ci n'est plus suffisante au regard des exigences de la société : intégration des élèves en situation de handicap (troubles de la personnalité, TED (autisme...), TDAH (troubles déficitaires de l'attention avec ou – sans – hyperactivité), troubles du langage, déficit intellectuel moyen et troubles associés, troubles des conduites... Toutes ces nouvelles missions doivent conduire à élever le niveau de formation.

Le SE-Unsa a également fait part d’autres interrogations :  

  • Affectations en ULIS : des Recteurs et des Dasen ont fait le choix de privilégier les candidatures de collègues du 2nd degré pour occuper les postes de coordonnateurs d’ULIS. Est-ce une commande ministérielle ou le résultat d’initiatives locales ? Cela aura une conséquence sur les évolutions de carrière des enseignants du premier degré engagés dans l’option D. Cela impacte également les différents mouvements qui n’ont pas lieu au même moment. Le SE-Unsa dénonce des mouvements parfois totalement opaques, comme dans l’académie de Montpellier où l’examen des candidatures est fait par les chefs d’établissement et les IEN, voire des affectations sans consultation des CAPD, comme sur Versailles.
  • Par ailleurs l’augmentation exponentielle de classes d’ULIS et, dans une moindre mesure de CLIS montre que, malgré l’effort réalisé, les marges de progrès en termes de départs en formation et de création de dispositifs sont grandes. Dans de trop nombreux départements, les capacités d’accueil sont largement dépassées et le nombre de faisant fonction encore trop important puisqu’on l’évalue à environ 1 sur 3. 
  • Concernant les ÉREA, une circulaire du Recteur de Bordeaux en date du 13 mai adressée aux directeurs d’ÉREA, indique que les emplois d’éducateurs en internat seront transformés en assistants d’éducation pour permettre aux PE spécialisés d’exercer pleinement leurs missions d’accompagnement périscolaire et éducatif.
  • Nous prenons acte de la circulaire de rentrée qui réaffirme le rôle des Segpa, en réponse à notre courrier du mois de février. Nous sommes cependant demandeurs d’un groupe de travail pour engager des discussions sur son avenir.
  • Sur les départs en stages D «autisme», nous avons demandé quel était le lien entre ces départs et le plan autisme annoncé par la ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, qui prévoit la création de 100 unités d'enseignement en maternelle. À ce sujet, le secrétaire général du SE-Unsa a adressé un courrier au MEN pour lui demander de préciser ses intentions (http://www.se-unsa.org/spip.php?article5730).
  • Enfin, des départements comme les Landes nous signalent l’occupation de postes de référents, par des personnels recrutés et payés par l’enseignement privé, avec des secteurs mixtes public-privé à couvrir …En qualité de syndicat laïque, nous dénonçons cette pratique.  

Le SE-Unsa a demandé qu’un groupe de suivi se mette en place pour mesurer les effets produits par la réouverture de la formation initiale qui devrait comporter des modules dédiés à la scolarisation des enfants en situation de handicap, la présence de maîtres supplémentaires dans les écoles et l’articulation avec la présence d’enseignants spécialisés.

 
 

Départs en formation CAPA-SH 2013-2014 – CAPN du 28 mai 2013

 

A

B

C

D

E

F

G

Daut

Total

DDEEAS

DEPS

année 2013-2014

23

7

35

406

91

220

37

12

831

48

100 + 5 en attente

année 2012-2013

16

7

35

431

28

204

17

15

752

49

82

année 2011-2012

26

15

43

527

131

217

51

11

1021*

65

103

année 2010-2011

24

11

31

590

195

312

64

10

1237

75

109

année 2009-2010

35

24

59

667

119

361

46

 

1311

108

131

année 2008-2009

20

15

65

604

505

328

182

 

1719

116

186

année 2007-2008

25

22

65

554

545

390

253

 

1854

116

150