Développement de l’apprentissage dans les EPLE : un rapport de l’IGEN est publié

| popularité : 1%
Dans le cadre d’une plateforme commune État-régions, l’inspection générale a été saisie afin d’étudier des pistes de développement de l’apprentissage dans les EPLE.
 
Elle constate que l’éducation nationale possède un réseau d’établissements scolaires étendu sur les territoires et donc en capacité d’accueillir des publics scolaires et en apprentissage. Pour l’IG c’est le seul réseau permettant d’assurer différentes formes de mixité (mixité de parcours et de public) et par conséquence de répondre à la diversité des parcours ainsi qu’à leur sécurisation.
 
L’IGEN note qu’il il n’y a pas d’obstacle réglementaire pour les enseignants puisque les deux statuts sont rattachés à la formation initiale et précise que les obligations réglementaires de service des personnels doivent être respectées et transparentes.
La documentation sur les mises en œuvre pédagogiques existent, il s’agirait donc de développer pour le corps enseignant des actions de formation continue et des partages d’expériences.
 
L’IG prône un conventionnement Éducation nationale/région avec 3 axes de développement :
 
1) La généralisation de la mixité à l’ensemble des formations d’un même domaine sur tout le territoire régional notamment pour les formations correspondant à un besoin économique mais souffrant d’un déficit d’attractivité.
2) L’ouverture de formations complémentaires d’une année par apprentissage pour favoriser l’insertion professionnelle à l’issue de l’obtention du diplôme.
3) Le traitement du décrochage en sécurisant les parcours des élèves avec un développement des classes et parcours mixés.
 
Voir rapport en pièce jointe.
 
Avis du SE-Unsa
Malgré les ambitions politiques récurrentes de développement de l’apprentissage, celui-ci n’augmente que dans le supérieur. Pour le SE-Unsa, les formations sous statut scolaire qui accueillent les jeunes sans discrimination, restent le meilleur moyen de qualifier l’ensemble des jeunes, notamment au niveau V et IV.
Promouvoir une complémentarité scolaire/apprentissage à travers une mixité des publics et des parcours peut paraitre intéressant. Mais pour le SE-Unsa cela ne peut s’envisager que sur la base du volontariat, en accompagnant les personnels et en respectant leur statut. En particulier, la mixité des publics dans un même groupe pédagogique ne saurait être imposée.