Direction et fonctionnement de l’école : le contenu du rapport parlementaire

| popularité : 1%
Les deux députées en charge de la mission flash sur les directeurs d’école ont rendu leur rapport. Ce rapport doit être utilisé pour l’agenda social lors des discussions concernant les directeurs d’école prévues en 2019. Après le constat de la situation actuelle, le rapport formule des propositions concernant à la fois les conditions d’exercice des directeurs mais aussi le fonctionnement de l’école.
 
 
Constat
 
Les députées pointent d’abord plusieurs éléments définissant la situation actuelle :
  • sentiment de malaise des directeurs,
  • manque de temps et de moyens,
  • absence de légitimité,
  • complexification des missions et des responsabilités,
  • absence de statut juridique de l’école et d’autonomie budgétaire,
  • disparition des aides administratives,
  • double dépendance de l’école aux communes et à la direction académique,
  • double casquette enseignant – directeur,
  • des outils informatiques pas toujours facilitant,
  • contexte sécuritaire,
  • lien entre statut de l’école et statut de l’établissement.
 
 
Missions du directeur
 
Pour le rapport, elles relèvent de 6 domaines :
  • pilotage pédagogique,
  • suivi des élèves,
  • relations avec les parents,
  • relations avec les partenaires,
  • administration, gestion, sécurité
  • vie quotidienne de l’école.
Ces missions sont composées de tâches ; certaines pourraient être assurées au niveau d’un réseau, d’autres relèvent de la proximité.
 
 
Soulager les directeurs dans leurs tâches administratives et matérielles 
 
C’est le premier axe de propositions de la mission :
  • Décharge à 50% pour les écoles d’au moins 5 classes et à 100% à partir de 10  classes.
  • Pour le temps non-déchargé, possibilité de réaliser un temps d’enseignement sans responsabilité d’une classe attitrée.
  • Nécessité d’avoir une aide administrative mais pas à la charge de l’Etat : utilisation des moyens constitués par le secrétariat de l’IEN, mise à disposition de personnels communaux, utilisation des étudiants en pré-professionnalisation voire d’apprentis.
  • Visiophone et téléphone portable à charge des communes.

Revaloriser la fonction de directeur en créant un statut 
 
  • Création d’un corps accessible par concours et par VAE pour les directeurs actuels.
  • Affectation pour ces directeurs dans les écoles de 10 classes et plus, donc déchargés complètement.
  • Autorité hiérarchique sur les enseignants mais l’évaluateur reste l’IEN.
  • Responsables du pilotage pédagogique, responsables de la conception et de la mise en œuvre du projet pédagogique de l’école, pouvoir de décision accru dans les conseils qu’ils président.
  • Grille de rémunération se situant entre celle actuelle des professeurs des écoles et celle des personnels de direction du 2nd degré.
  • Renforcement de la formation (initiale et continue) pour ces directeurs.
 
Penser une organisation innovante pour les écoles 
 
Favoriser le regroupement d’écoles pour obtenir une taille minimum permettant la décharge à 50%. Pour cela, il faut encourager (sans imposer de modèle national) :
  • les regroupements maternelle / élémentaire en école primaire.
  • encourager les regroupements intercommunaux sur un même site (laissés à l’initiative des acteurs locaux).
  • créer des réseaux collège – école. Les directeurs des écoles seraient les directeurs-adjoints du principal et resteraient les référents locaux. Cela  favoriserait la mutualisation des moyens administratifs, médicaux et des locaux.
 
Retrouvez l’avis du SE-Unsa sur ce lien