EPLESF : le ministre prêt à des modifications

| popularité : 1%
Le ministre reçoit lui-même les organisations syndicales depuis le début du mois d’avril sur le projet d’EPLESF*. Le ministre a affirmé avoir entendu les craintes qui se sont exprimées et vouloir en tenir compte.  Il s’est dit prêt à des évolutions importantes du texte qui sera examiné par le Sénat début mai.
 
Après de semaines d’interventions à tous les niveaux et de mobilisation pour faire bouger le contenu du projet d’EPLESF, le SE-Unsa, avec sa fédération l’Unsa-Éducation, a ainsi été reçu le 8 avril. Une seconde réunion avec le cabinet du ministre a permis de revenir sur le texte en détails.
 
Le SE-Unsa déterminé pour faire évoluer le texte
 
Nous avons exigé et proposé des réécritures du texte pour :
  • contraindre à l’avis favorable du conseil d’administration et de chaque conseil d’école concernés ;
  • maintenir explicitement chaque directeur d'école ; 
  • faire disparaître du texte le « chef d’établissement adjoint issu du premier degré » au profit d’une fonction, auprès  du chef d'établissement, de coordonnateur des classes du premier degré exercée par un personnel du premier degré.
Il semble que le ministère soit prêt à faire ces modifications. Le SE-Unsa prend acte de cette volonté de répondre aux désaccords qui se sont exprimés et reste mobilisé tout au long du processus parlementaire pour que ces établissements soient bien limités aux regroupements qui se sont engagés aujourd’hui sur la base du vlolontariat de tous les acteurs à partir d'objectifs partagés.
 
Avec le soutien de la profession et de la communauté éducative, le travail syndical obstiné commence à porter ses fruits. Pour le SE-Unsa, il faut désormais que ces intentions se traduisent dans le texte lors de l’examen du projet de loi texte au Sénat à partir du 30 avril.
 
NB : Une réunion préparatoire à l’agenda social directeurs d’école a aussi eu lieu le 8 avril : lire notre article.