Éducation à la sexualité : le défenseur des droits légitime le rôle de l’École.

| popularité : 1%
Alors que la société est en train de briser le tabou du harcèlement sexuel et des violences faites aux femmes, l’action de l’École en la matière est interrogée par le défenseur des droits, Jacques Toubon.

A l’occasion de la publication de son rapport annuel sur les droits de l’enfant, il appelle à réformer l’éducation à la sexualité. Il s’appuie sur les observations du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE) et regrette, notamment, qu’elle privilégie l’information à caractère sanitaire au détriment de sujets tels que les sujets de stéréotypes de sexe, de violences faites aux femmes et d'orientation sexuelle.

L’École ne peut pas, à elle seule, et avec trois séances annuelles, modifier les relations entre les femmes et les hommes ou encore changer le rapport de la société à l’homosexualité ou la transsexualité. Elle a cependant besoin d’être légitimée dans son action d’Education à la sexualité quand bien même cela peut interroger les discours et les repères familiaux. De ce point de vue, le retrait des ABCD de l’égalité en 2014 avait été un très mauvais signe, parce que cédant aux revendications des obscurantistes.

L’École a besoin d’être soutenue dans sa mission éducatrice et émancipatrice. Le SE-Unsa se félicite donc de cette prise de position qui peut venir aider les équipes éducatives et appelle un relais politique. La priorité du ministre, « Respecter autrui », n’est pas suffisante. Elle fait écho à l’idée de de bonne conduite mais ne permet pas d’accompagner les enfants et les jeunes dans leur construction et leurs relations à eux-mêmes et à l’autre en faisant évoluer les représentations et les comportements les plus personnels voire intimes.

Le SE-Unsa souhaite que le ministre se saisisse de ce rapport pour donner une nouvelle impulsion à l’éducation à la sexualité et l’égalité fille-garçon à l’École.

Paris, le 20 novembre 2017

Stéphane Crochet
Secrétaire Général

Attachée de Presse : Brigitte Biardoux
01 44 39 23 93