Enseignement scientifique commun : Plusieurs organisations font des propositions

| popularité : 1%
Le SE-Unsa, le Sgen-CFDT, l’AFNEUS et Miage-connection (Association des étudiants en sciences affiliée à la FAGE) et la FCPE ont décidé d’adresser leurs propositions au Conseil Supérieur des Programmes, pour le nouvel enseignement scientifique commun dans la voie générale du lycée. En effet, la réforme du lycée prévoit, à la rentrée 2019, la mise en œuvre de cet enseignement dans le cycle terminal deux heures par semaine. Il regroupera des enseignements de mathématiques, physique-chimie, SVT et informatique. Le Conseil Supérieur des Programmes doit proposer de nouveaux programmes pour les enseignements du lycée en novembre 2018.
 
"Lettre ouverte au Conseil Supérieur des Programmes

Madame la présidente du conseil supérieur des programmes,
 
A l’heure où vous travaillez sur les programmes du Lycée, le SE-UNSA, l’AFNEUS, le Sgen-CFDT, Miage-connection et la FCPE souhaitent faire part de leurs propositions pour l’enseignement scientifique du tronc commun du lycée général pour la rentrée 2019, en tant qu’acteurs des mondes de l’éducation et des sciences.
 
Pendant les 8 mois qui ont suivi l’annonce de la réforme, nous nous sommes concertés pour formuler différentes propositions en cohérence avec les objectifs annoncés. Notre démarche a été d’inclure dans un ensemble cohérent à la fois des Mathématiques, de la Physique, de la Chimie, des Sciences de la Vie et de la Terre, de l’Informatique, et d’entretenir une transversalité des enseignements avec d’autres disciplines. Cette transversalité pourrait être assurée, notamment, par des entrées thématiques dans le programme. Le but de cette démarche a surtout été de mettre l’accent sur l’apprentissage de la « méthode scientifique » pour permettre aux lycéen·ne·s - qui ne suivront pas tou·te·s un enseignement de spécialité scientifique - d’être outillé·e·s pour faire preuve d’esprit critique afin d’identifier la valeur d’un raisonnement et le distinguer des croyances. Il nous semblerait par ailleurs avantageux que d’autres disciplines puissent également aborder des notions scientifiques, notamment en Histoire, en géographie ou en Philosophie. C’est pourquoi il nous semble nécessaire que des moyens horaires soient dégagés pour l'enseignement scientifique afin de permettre à cet apprentissage d’être, pour tout ou en partie, coanimé par plusieurs enseignants.
 
Nous souhaitons que l’évaluation de cet enseignement scientifique porte explicitement sur les compétences, à travers des modalités variées : oral, production... Cette évaluation, qui peut se traduire pour le baccalauréat par des notes selon des modalités à définir, permettrait à l'élève, en liaison avec le travail effectué au collège dans le cadre du socle commun, de mieux appréhender sa scolarité et d'intégrer une méthode scientifique utile pour toutes les orientations.

Nous souhaitons que cette réforme des programmes et du lycée soit le moment opportun pour structurer l’enseignement scientifique vers un espace qui prépare les futur·e·s étudiant·e·s à davantage d’autonomie et d’implication personnelle dans leur scolarité actuelle et future.

Nous restons à votre disposition pour vous détailler ces propositions. Recevez, madame la présidente, l’expression de nos salutations les plus respectueuses."