Enseignement supérieur : la deuxième vague d’affectation est lancée

| popularité : 1%

L’affectation dans l’enseignement supérieur, pour les enseignants du second degré, se déroule en deux phases. Les postes créés ou devenus vacants pendant l’année pour une affectation au 1er septembre font l’objet d’une 2e campagne d’affectation du 15 mars au 25 juin. Le SE-Unsa vous informe sur le fonctionnement de cette phase, les postes proposés et les règles de candidature.
 
Galaxie, Vega : on est sur quelle planète ?
 
L’application Galaxie de gestion des personnels de l’enseignement supérieur a un module dédié aux procédures de candidature des professeurs certifiés et agrégés (PRCE et PRAG). Il permet aux établissements de saisir les fiches de postes, et aux candidats de déposer leur dossier de candidature, leurs pièces justificatives, et de suivre leur candidature (classement, vœux d’affectation).
 
La liste des postes a été publiée le 15 mars. La composition du dossier de candidature et les modalités du recrutement, à partir de cette date, sont fixées par les établissements.
 
Entre le 12 et le 19 juin, les décisions des établissements sont publiées sur le serveur. Les candidats classés doivent répondre avant le 19 juin. Les résultats sont affichés sur Vega le 22 juin. Un tutoriel du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche vous aide à vous retrouver sur le module (voir ce lien).
 
Quel type de postes est proposé ?
 
Les postes proposés pour l’affectation sont aussi publiés sur Galaxie (à retrouver sur ce lien). Pour la 2e vague 2018 il s’agit de 551 postes :
 
- concernant les types d’établissements, 35 postes sont proposés en Espé, 63 postes en IUT et 27 dans des écoles (INSA, IEP, ENS…), le reste en université ;
- concernant les disciplines, 68 sont créés en anglais, 30 en éco-gestion, un certain nombre en lettres, mathématiques, STAPS, expression et communication, génie, les autres disciplines viennent loin derrière.
 
Action et revendications du SE-Unsa
 
Le SE-Unsa informe régulièrement les enseignants du second degré sur les possibilités offertes pour faire évoluer leur carrière, et notamment pour être affecté dans l’enseignement supérieur.
 
Pour le SE-Unsa, le dispositif actuel d’affectation PRCE/PRAG n’est pas suffisant pour répondre aux souhaits d’évolution de carrière de nombreux enseignants du second degré impliqués dans la recherche.
 
Le débat sur la réforme du bac et du lycée et le lien nécessaire bac-3/bac+3 nécessite plus largement une réflexion sur des services partagés d’enseignants du second degré sur ces deux niveaux d’enseignement. Ces services partagés, dont les modalités restent à définir, permettraient notamment de mettre en œuvre les modules de remise à niveau prévus par Parcoursup.