Et vos conditions de travail, on en parle ?

| popularité : 5%
Salle de repos, temps de pause, médecine du travail, risques psycho-sociaux, on en parle pour tous les métiers... sauf pour les enseignants !
Ils ne seraient pas concernés ? C’est faux !
La santé des enseignants a fait l’objet de nombreux rapports : troubles de la voix, déséquilibres émotionnels, porosité des temps de travail et de loisirs, il y aurait beaucoup à dire.

Justement, le SE-Unsa mène l’enquête sur la vie quotidienne des enseignants.

En novembre 2017, les résultats de l’enquête seront publiés, et les enseignants de l’Unsa interpelleront les collectivités territoriales et le ministère de l’éducation nationale à la fin de l’année pour obtenir des solutions concrètes.

Pour la première fois, un syndicat enseignant veut imposer dans le débat éducatif la question de la santé des enseignants, du bâti scolaire (une grande partie des collèges ont été construits dans les années 60 à 70) et du bien-être au travail.
C’est notre vision d’un syndicat utile !
Un syndicat au plus proche des collègues, se battant dans les CHSCT pour accompagner les collègues en souffrance, et faire connaître le registre santé/sécurité.

Prendre en compte les besoins des personnels et des usagers pour rénover et reconstruire les bâtiments scolaires, chiche ?
Pour le SE-Unsa, le système éducatif, dans son ensemble, bénéficierait de cette amélioration des conditions de travail des enseignants.
Toutes les études le démontrent : des profs mieux dans leur peau sont des profs qui s’investissent mieux dans leur travail, les relations avec leurs collègues, avec les parents, et dans la réussite des élèves. Le bien-être des enseignants, indispensable pour renforcer l’attractivité des métiers de l’éducation, et prendre en compte les besoins de collègues dont la moitié ne se voient pas terminer leur carrière comme enseignants.

Remplir l’enquête du SE-Unsa, c’est nous donner la force nécessaire pour imposer le sujet des conditions de travail dans le débat éducatif et politique !

Je réponds à l'enquête du SE-Unsa