Étude du rapport Juanico/Deguilhem : le zoom 5 du SE-Unsa

| popularité : 1%
Suite du décryptage du rapport parlementaire « Promouvoir l’activité physique et sportive pour tous et tout au long de la vie : des enjeux partagés dans et hors école », le SE-Unsa vous propose cette semaine son zoom 5 sur le renforcement des nouvelles activités périscolaires.
 
Retrouvez les zooms précédents :
Zoom 1 : L'EPS dans le parcours de l'élève
Zoom 2 : Formation et évaluation des enseignants
Zoom 3 : Le sport scolaire, un élément à renforcer
Zoom 4 : Le savoir nager
 
 
Zoom 5 : Renforcement des NAP, complémentaire à l’EPS
 
La réforme des rythmes scolaires s’inscrit dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République.
Elle modifie le cadre national d’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires, avec pour objectif de « mettre en place une organisation plus respectueuse des rythmes naturels d’apprentissage et de repos des enfants afin de favoriser la réussite de tous à l’école primaire ».
Elle incite également à la concertation locale autour des questions éducatives pour un parcours cohérent et de qualité, par la complémentarité des temps éducatifs, via notamment le projet éducatif territorial (PEDT ).
 
À ce titre il est intéressant de noter que dans un but d’assurer une appréhension globale de la réforme des rythmes scolaires et d’accompagner le secteur sportif à s’y investir, le Comité National Olympique et Sportif Français a publié un Vademecum sur l’« implication du mouvement sportif dans les nouvelles activités périscolaires » (guide téléchargeable sur le site internet du CNOSF).
 
Le SE-Unsa par sa conception globale du temps de l'enfant (et pas seulement de l'élève) sur la journée, la semaine et l'année avait pris largement part aux discussions et décisions sur ce nouvel aménagement du temps de l'enfant.
Pour le SE-Unsa, tous les intervenants sur ce temps, quel que soit leur mission et leur rôle, doivent travailler en partenariat pour assurer cohérence et équilibre de l'ensemble des activités des élèves.
Aussi s'il soutient la préconisation "Promouvoir l’USEP comme opérateur des Nouvelles activités périscolaires (NAP) et partie prenante des Projets éducatifs territoriaux (PEDT)" et la nécessité d'un pilotage clair, il rappelle que c'est l'interaction de plusieurs opérateurs qui assurera la cohérence globale.
 
De même si le SE-Unsa se retrouve sur la préconisation "Favoriser, pour les modalités des NAP, la gratuité des activités physiques et sportives ludiques centrées sur la découverte et la motricité en complémentarité avec l’EPS obligatoire", ce sont alors toutes les NAP qui doivent être gratuites.
 
En revanche, concernant la préconisation "Intégrer dans les conventions d’objectifs des fédérations et dans les lettres de missions des Conseillers techniques Sport (CTS), un volet engagement dans le péri éducatif", le SE-Unsa reste vigilant : l'objectif des NAP ne doit pas être détourné, les NAP ne doivent pas devenir le lieu de repérage et de sélection des futurs membres des fédérations sportives.
Si compétition il doit y avoir, car elle est source de motivation et apprentissage du monde sportif, les NAP doivent rester l'opportunité de démocratisation de toute activité sportive notamment pour les enfants n'ayant pas l'opportunité de fréquenter les clubs.
 
 
Et vous ? Que pensez-vous de ces prérogatives ? Votre avis nous intéresse, écrivez-nous sur eps@se-unsa.org ou réagissez sur notre page Facebook EPS SE-Unsa ou notre Compte Twitter @SeUnsaEps