Évaluation bac en EPS : discussion sur la circulaire d’application

| popularité : 1%
La circulaire d’application est un texte qui définit la mise en œuvre d’un décret et d’un arrêté déjà connus par la profession depuis l’an dernier.

L’arrêté a déjà fixé les principes suivants :

  • l’évaluation en enseignement commun porte sur 3 compétences propres différentes;
  • l’évaluation en enseignement facultatif porte sur 2 APSA différentes;
  • l’évaluation se fait par rapport à un référentiel national et un niveau attendu (4 ou 5 selon les enseignements). Tous ces points ne pouvaient faire l’objet de la discussion.

La circulaire tient compte de la Loi sur le handicap, de la circulaire de 2006 sur le sport de haut niveau, des nouveaux programmes et du référentiel établi par la commission nationale. Les marges de manœuvre étaient donc particulièrement étroites pour faire évoluer le texte.

Le SE-Unsa a attiré l’attention de la Dgesco sur la publication tardive du texte et des annexes ainsi que sur les difficultés qu’auront les équipes pour prendre en compte toutes les évolutions prévues (modalités et référentiels). Nous avons demandé une mise en œuvre progressive si le report en 2014 n’est pas possible.

Par ailleurs, nous avons :

  • salué les avancées de cette circulaire sur la prise en compte des élèves à besoins particuliers dans un cadre national : élèves en situation de handicap et sportifs de haut niveau ;
  • fortement approuvé la première tentative de valorisation au bac de l’engagement dans le sport scolaire.

Le SE-Unsa a demandé des modifications de rédaction du texte sur les points suivants :

  • les critères de sélection des épreuves sur la liste académique (pas d’exigence de relever des CP peu représentées mais des encouragements) ;
  • la notation et harmonisation : clarification de la rédaction quant à l’arrondi des notes avant harmonisation ;
  • l'évaluation d’une même APSA en enseignement commun et en enseignement facultatif ;
  • la reformulation de la phrase suivante qui pourrait être perçue comme un procès d’intention : « L’équipe enseignante est soucieuse d’offrir des ensembles certificatifs dans l’intérêt des candidats »

L’examen ponctuel terminal en enseignement facultatif a donné lieu à un débat sur la pertinence de son maintien (discrimination entre les élèves). La circulaire impose une liste de 3 à 5 épreuves dans toutes les académies. Actuellement les listes vont de 2 à 24 activités, la majorité proposant 5 ou 6 activités. La liste nationale qui peut surprendre, retient les activités les plus présentes actuellement (sauf la danse).

L’examen ponctuel terminal en enseignement commun repose sur une nouvelle liste d’activités. Celle-ci tient compte de l’existant (activités les plus fréquentes) en éliminant les activités collectives, parce qu’elles sont difficiles à organiser et à évaluer (pas de connaissance au préalable des autres membres de l’équipe).

Suite à ces documents, le SE-Unsa a entamé un travail militant concernant le nouveau référentiel proposé. En effet, cette redéfinition va engager les équipes EPS pour leurs protocoles d’évaluations. Certaines APSA voient seulement les modalités de barèmes évoluer, d’autres voient l’épreuve se transformer. Ce référentiel évolue pour une harmonisation sur l’ensemble du cursus scolaire collège, lycée professionnel, lycée général et technologique. D’ailleurs, un protocole d’évaluation au brevet est également en cours de rédaction (cf. dernier Enseignant).