Evaluation des élèves : qu’est ce qui fait partie de nos missions ?

| popularité : 2%
L’évaluation des élèves fait partie, dans le décret et la circulaire qui redéfinissent les missions des enseignants du second degré, des « missions liées ». En effet, les décrets de 1950, remplacés par de nouveaux décrets en 2014, distinguent un service d’enseignant, avec des maximas hebdomadaires, des "missions liées" (préparation, suivi, évaluation, travail d’équipe de la même discipline ou ayant le même groupe d’élèves) et des "missions particulières". Seules ces dernières font l’objet d’une rémunération supplémentaire : la circulaire d’application d’avril 2015 indique que l’évaluation des élèves est prise en compte par l’ISOE et la « participation à des dispositifs d’évaluation » fait partie de ces missions liées qui sont le prolongement du service.
 
La question de ce qui fait partie de nos missions se pose cette année dans un contexte de changements majeurs, notamment au collège pour la mise en œuvre du nouveau DNB et de son épreuve orale. De la même manière, l’évaluation des domaines du socle en fin de cycle et la mise en place de bilans périodiques plus développés que les bulletins classiques dans le cadre du Livret Scolaire Unique Numérique posent question : nous sommes tous d’accord pour mieux informer les parents, pour les impliquer dans la scolarité de leurs enfants et pour disposer d’un outil de suivi des élèves plus fiable, mais comment y parvenir sans alourdir la charge de travail des enseignants ?
 
Le SE-Unsa s’oppose à la double saisie (logiciel ou outil habituel, et LSUN) et revendique des consignes claires pour limiter les saisies et rendre plus lisibles les bulletins. Le travail d’équipe des collègues, nécessaire pour la mise en oeuvre de ces dispositifs, doit être facilité par la construction d’emplois du temps incluant des temps libres pour la réunion des équipes. Dans la même perspective, le service des enseignants doit être redéfini pour intégrer un temps de concertation et les missions liées mieux reconnues à travers une augmentation de l'ISOE.
 
Le nouveau DNB et l’épreuve orale relèvent des règles qui régissent la participation à des jurys pour les examens nationaux, considérée comme une « charge normale de travail » (article D911-31 du Code de l'Education). Une rémunération spécifique est prévue pour les épreuves de fin d'année. Pour le SE-Unsa, elle doit s’étendre à l'épreuve orale du brevet comme à toutes les épreuves orales qui font partie intégrante d'un examen national (ex. en langues au lycée). Concernant les brevets blancs, ils font partie de la « participation à des dispositifs d’évaluation » des missions liées. Les surveillances hors des heures de cours font l’objet d’une « zone grise » dans les textes réglementaires qui les régissent. Le SE-Unsa regrette ce flou, revendique une rédaction sans ambiguïté de la définition des missions liées et que les heures de surveillance hors temps de service devant élèves soient rémunérées sous forme d’HSE.