Évaluations nationales : instrumentalisation politique

| popularité : 1%
C’est une nouvelle fois par une interview à un media grand public que le ministre a dévoilé les premiers résultats des évaluations nationales, sans que les enseignants eux-mêmes en aient connaissance.
 
Depuis plusieurs semaines, les enseignants ont travaillé et fait travailler leurs élèves sur ces évaluations parfois chronophages en classe, puis après la classe avec une saisie des réponses qui leur a demandé beaucoup de temps, faute d’un dispositif technique bien conçu.
 
Dès leur mise en place, le SE-Unsa a douté de l’utilité pédagogique de ces évaluations, tout comme de la pertinence de certains exercices et donc de la fiabilité des résultats.
 
Aujourd’hui, le ministre récupère politiquement de premiers résultats à l’heure même où il présente son projet de « loi pour l'École de la confiance ».
 
Dans cette loi, il envisage de supprimer le Conseil national d'évaluation du système scolaire, organisme indépendant qui aurait pu justement interroger le caractère scientifique des évaluations et leurs conclusions.
 
Pour le SE-Unsa, la loi pour l’école de la confiance part du mauvais pied. En instrumentalisant les résultats de tests « maison », il piétine le travail des élèves et des enseignants.
 
Paris, le 15 octobre 2018
Stéphane Crochet
Secrétaire général
 
Attachée de presse
Brigitte Biardoux
01 44 39 23 93