Formation continue : les enseignants nous ont dit que…

| popularité : 1%

Lors des assises de la formation (14 et 15 mars), tous les constats des différents rapports furent partagés, y compris par le ministre : 70% des collègues estiment que la formation continue est insuffisante, inefficace, inadaptée.

La formation continue concerne tous les personnels et leur cœur de métier. Le SE-Unsa s'empare de ce sujet pour répondre aux attentes des collègues. Pour préparer la première réunion de concertation, nous avons élaboré une enquête à destination de l'ensemble des titulaires, afin de recueillir leur avis sur la formation continue, et d'étayer nos propositions.
 
Vous trouverez ci-dessous les résultats de notre enquête.
 
 
Profil de l'échantillon
 
Plus de 11 000 réponses dont :
  • 68 % des réponses issues de collègues du premier degré
  • 44 % des répondants travaillent dans une zone urbaine
  • 61 % des réponses sont faites par des collègues non adhérents du SE-Unsa
 
Une formation professionalisante sur des besoins identifiés
 
Les attentes prioritaires en formation se sont largement portées sur :
  • la prise en charge des élèves à besoins particuliers (62%)
  • la prise en charge des élèves à comportement hautement perturbateur (61%).
Ces réponses reflètent très largement les difficultés rencontrées par nos collègues sur le terrain.
 
Les autres attentes de formation se situent surtout au niveau de :
  • la pédagogie et la didactique (49%)
  • l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (32%).
97 % des personnes ayant répondu souhaitent participer à l'élaboration de leur formation à partir des besoins qu'ils ont identifiés.
A contrario, seules 40 % des réponses sont favorables à l'élaboration d'une formation à partir des besoins identifiés par l’institution.
 
La formation continue est un moyen :
  • de développer de nouvelles compétences pour son métier (86%),
  • d'accéder aux dernières connaissances sur son métier (72%),
  • mais aussi de développer une culture générale professionnelle (43%).
 
Mes attentes prioritaires en formation sont :
 
 
La formation continue est un moyen de :
 
 
Une formation en dehors du temps de service... Possible mais contre rémunération.
Sinon, pas touche à mes vacances !
 
Les collègues (68% des réponses issues du 1er degré) souhaitent très largement que la formation se fasse sur le temps de service (89 %) ou sur le temps face aux élèves (64 %).
Si la formation devait se faire en dehors du temps de service elle est très largement rejetée par la profession (96 %) si elle n'a pas de rémunération.
Par contre avec rémunération, elle serait acceptée en dehors du temps de service par plus de 52 % des personnes ayant répondu.
Ce résultat tombe à seulement 32 % des réponses si l'on parle de formation pendant les vacances scolaires sans rémunération.
 
 
Une formation en présentiel pour favoriser les échanges et la mutualisation entre collègues
 
Le calendrier de la formation continue doit être :
  • annuel pour 74 % des réponses
  • ou pluriannuel pour 65 % des réponses.
Dans l'organisation de la formation continue :
  • le distanciel est rejeté par 97 % des réponses.
  • Le présentiel est plus partagé avec 55 % de réponses favorables.
  • Une formation hybride entre présentiel et distanciel alternée semble la solution la plus accepté avec 60 % des réponses favorables.
Pour les collègues qui nous ont répondu, les intervenants privilégiés sont :
  • des enseignants-chercheurs (71%)
  • des spécialistes externe à l'Éducation nationale (65%)
  • des formateurs ayant une certification (63%)
  • ou des collègues (56%)
  • l'intervention des inspecteurs est attendue par seulement 21 % des réponses
Les dispositifs de formation privilégiés par les collègues ayant répondu sont le partage de pratiques sur
  • un lieu extérieur (75%),
  • des conférences séminaires (62%),
  • ou des observations et échanges entre collègues sur son établissement (58%).
 
L'observation, le partage de pratiques et la mutualisation sont clairement plébiscités par les collègues au détriment des formats classiques et autre plateformes de formation.
 
 
Une formation continue obligatoire ? Pourquoi pas mais de qualité !
 
La nécessité d'une formation continue obligatoire est acceptée par près de 80 % des collègues pour répondre à la constante évolution de notre métier.
Par contre, si une formation obligatoire est imposée pendant les vacances scolaires elle doit être obligatoirement accompagnée de rémunération complémentaire pour 98 % des collègues.
Pour 78 % des réponses la formation doit être valorisée pour son avancement de carrière lors des promotions ou par une valorisation financière (75%). On voit ici que la rémunération au mérite a de beaux jours devant elle.
 
77 % des réponses attendent que leur formation soit valorisée par une certification, 42 % par un diplôme et  43 %  par une mobilité géographique.
 

L'avis du SE-Unsa
 
Pour le SE-Unsa, il faut dépasser la logique de formation continue pour aller vers la logique de développement professionnel. Cela sous-entend que les personnels sont acteurs de leur projet de formation et que celui-ci s’inscrit dans un temps plus long. On doit ainsi passer de l’action de formation ponctuelle et thématique le plus souvent  imposée par l’institution, au parcours de formation construit avec le professionnel lui-même.
 
Le SE-Unsa soutient le principe d’une formation continue obligatoire sur temps de service (hors des congés), dans cette logique de développment professionel. Pour le SE-Unsa, la dynamique individuelle des enseignants, CPE et psychologues doit être soutenue et accompagnée par l’employeur. Cela peut prendre de multiples formes.
 
Pour la prise en charge, lorsque ces formations sont effectuées dans le cadre de l’institution, elles doivent être prises en charge par l’employeur et se passer sur le temps de service. Lorsque les formations suivies sont de leur initiative, les personnels doivent être soutenus dans leur projet. Ils doivent pouvoir bénéficier d’autorisation de s’absenter quand ça leur est nécessaire et d’aides financières.