Indemnités ASH : encore un (petit) effort M. le Ministre

| popularité : 1%
Depuis le mois de mai 2017, l’architecture indemnitaire des enseignants spécialisés a été toilettée. Tous les enseignants ont été touchés par ces nouvelles mesures. Tous ou presque….
 
Directeurs de Segpa 
Le 13 février 2018, le SE-Unsa a rencontré le directeur de la gestion des ressources humaines du ministère de l’Éducation nationale. L’occasion d’aborder la question du versement de l’ISAE aux directeurs de Segpa, sujet  que nous avons posé sur la table au mois de septembre avec un courrier et qui, malgré plusieurs relances est resté sans réponse. Le sujet est à l’étude nous a-t-on assuré, une réponse devrait nous être fournie sous peu. Reste à mesurer le « sous peu » et surtout la réponse.
 
Par ailleurs, nous avons adressé un courrier au ministère pour demander l’ouverture d’une discussion sur des questions indemnitaires touchant les professeurs des écoles éducateurs en Eréa ainsi que ceux exerçant en milieu pénitentiaire.
 
PEE (Professeurs des écoles Éducateurs) en EREA 
Une note de service du mois de septembre a indiqué que ces collègues n’étaient pas éligibles à l’Isae au motif qu’ils n'exercent pas de missions en classe. Nous contestons cette entrée, le cadre règlementaire actuel touchant  à sa fin. Dès la rentrée 2018 tous les personnels 1er degré exerçant dans ces structures seront désormais désignés de la même façon et pourront exercer indifféremment sur les différentes missions présentes dans ces établissements. Par ailleurs, ils partagent déjà avec leurs collègues en classe des missions de suivi et d’accompagnement des élèves définies par l’Isae. Pour le SE-Unsa, ils sont donc éligibles.
 
Enseignants en milieu pénitentiaire
Pour eux, ni Isae, ni nouvelle indemnité ASH. Au regard des missions qu’ils exercent auprès des jeunes ou adultes les plus éloignés du système souvent en risque de décrochage social, il n’est pas normal que leurs missions qui imposent de nombreuses concertations n’ouvrent  pas droit à une reconnaissance indemnitaire. Pour le SE-Unsa, le ministère doit leur faire des propositions. À défaut, il prend le risque de voir fondre l’attractivité de ces postes désormais parmi les plus mal rémunérés de l’enseignement spécialisé.