L’Unsa-Éducation reçue par le ministre : des signes d’ouverture à concrétiser

| popularité : 1%
Après une année sociale alternant tensions et crises au ministère de l’Éducation nationale, le ministre a reçu chacune des fédérations syndicales. Il a écouté attentivement nos analyses et nos demandes. Il a ouvert des perspectives pour la prochaine année scolaire et annoncé la création d’un comité de suivi de la réforme du lycée et du bac général et technologique.
 
Avec sa fédération Unsa-Éducation, le SE-Unsa apprécie la volonté d’apaisement affichée mais il jugera de la réalité d’un dialogue social renouvelé aux avancées concrètes qu’il obtiendra pour les personnels comme pour l’École.
 
Le ministre accepte de travailler sur le suivi des réformes issues de la loi pour une École de la confiance et des réformes des lycées. Sur ce dernier point, nous accueillons positivement l’annonce de la création d’un comité de suivi de la réforme du lycée général et technologique. Pour l’Unsa-Éducation, un tel comité devra dépasser les discours et travailler concrètement à accompagner, identifier et corriger cette réforme en proposant des ajustements pour l’année de première et en améliorant les projets de mise en œuvre pour l’année de terminale.  
 
En parallèle, le ministre projette de travailler sur les conditions de travail des personnels autour de 4 chantiers :
  • GRH de proximité
  • Protection, sécurité
  • Formation continue
  • Action sociale dont le logement
 
Pour l’Unsa-Éducation ce sont des sujets très importants pour les personnels et nous souhaitons qu’ils se traduisent par des mesures concrètes qui amèliorent le quotidien et les perspectives de nos collègues. L’Unsa-Éducation et ses syndicats ont de nombreuses propositions pour une GRH qui dépasse la gestion des nombres et des flux pour répondre aux besoins et aux envies des personnels du 21e siècle.
 
Enfin sur la question des rémunérations, le ministre à ce stade, confirme les augmentations liées au déploiement de PPCR acté avant 2017 et aux primes Rep+ et aux heures supplémentaires défiscalisées annoncées depuis. D’autres mesures pourraient apparaître l’année prochaine. Il confirme aussi une revalorisation liée à la réforme des retraites pour les enseignants. Elle dépendra donc du calendrier de la réforme des retraites.
Pour l’Unsa-Éducation une revalorisation salariale des enseignants est indispensable et il faudra aussi prendre en compte l’ensemble des personnels. L’application de PPCR ne saurait servir de revalorisation telle qu’annoncée par le président de la République en conclusion du Grand débat.
 
L’Unsa-Éducation est revenue sur la nécessité d’un dialogue social constructif pour rétablir la confiance des personnels particulièrement avec les enseignants. L’Unsa-Éducation a aussi répété qu’il fallait des créations d’emplois pour mettre en œuvre les annonces du président pour le premier degré, accompagner les hausses démographiques dans le second degré et les réformes des lycées. 
 
Cette rencontre bilatérale doit s’inscrire dans un processus de dialogue plus continu et constructif, et surtout déboucher sur des mesures concrètes qui répondent aux besoins des personnels.