L’an I des Espé

| popularité : 2%
 
En septembre 2013, les Espé (Écoles supérieures du professorat et de l’éducation) voient le jour.

Pour leur première année de fonctionnement, elles devront :

- assurer la transition entre deux modes de recrutement. Depuis la réforme Darcos, le concours était placé au niveau du master 2 (pas nécessairement un master des métiers de l’enseignement en IUFM). Ainsi recrutés, les nouveaux enseignants devaient effectuer immédiatement un service à temps plein avec peu ou pas de formation. Désormais, le concours sera placé à l’issue de la première année de master. L’année suivante, les lauréats seront fonctionnaires stagiaires, articulant leur deuxième année de master et les deux-tiers d’un service d’enseignement. L’année 2013-2014 est l’année charnière avec deux sessions de concours. Une sur l’ancien modèle, appelée 2014-1, dont les épreuves d’admissibilité ont déjà eu lieu de façon anticipée ; l’autre, appelée 2014-2, sur le nouveau modèle. Les Espé accueillent donc en master 2 les admissibles au 2014-1, et en master 1 les futurs candidats au 2014-2.

- réussir là où les IUFM n’ont pas réussi à convaincre, à savoir délivrer une formation professionnelle de haut niveau aux enseignants et personnels d’éducation.

Construites rapidement sur les décombres des ex-IUFM pour être opérationnelles dès cette rentrée, les Espé, au cours de cette année scolaire, devront se déployer au-delà de la formation initiale des futurs enseignants pour devenir le lieu de recherche, de ressources et de formation de toute une profession qui souhaite faire évoluer sa pratique du métier voire le diversifier avec de nouvelles compétences telles que directeur d’école, formateur, fonctions d’encadrement.

Le SE-Unsa attend beaucoup des Espé, pour les futurs enseignants comme pour ceux qui sont actuellement en fonction. Pour le SE-Unsa, enseigner est un métier qui s’apprend. La formation, c’est essentiel pour prendre le pouvoir sur son métier.