L’assimilation des instituteurs retraités, c’est urgent

| popularité : 10%
L’accord de 1998 entre le gouvernement, le SE-Unsa et le Sgen-CFDT avait prévu l’assimilation des instituteurs retraités dans le corps des PE pour 2007.
 

L’assimilation suppose qu’à la disparition statutaire d’un corps, les retraités de ce corps soient reclassés à un échelon supérieur dans le nouveau corps, impliquant un nouveau calcul et une augmentation de leur pension. Cette possibilité a été supprimée par la réforme des retraites Fillon de 2003, sauf pour les corps créés avant cette réforme.

Elle est attendue par les instituteurs retraités depuis maintenant douze ans et l’État n’a toujours pas tenu son engagement.
Après une demande non aboutie en 2016-2017, le SE-Unsa revient à nouveau à la charge et demande au gouvernement de procéder sans plus tarder à cette assimilation (cf. courrier aux ministres de l’Éducation nationale et de l’Action et des Comptes publics ci-dessous).

Pour le SE-Unsa, il s’agit d’une mesure d’équité et de justice sociale, pourtant inscrite dans la loi retraite de 2003 mais toujours pas mise en application.
Le SE-Unsa fait appel à la solidarité intergénérationnelle et entre tous les corps pour demander, avec lui, l’assimilation des instituteurs retraités dans le corps des professeurs des écoles.

Actifs ou retraités, demandons ensemble l’assimilation des instituteurs retraités dans le corps des professeurs des écoles en signant et en faisant signer autour de nous la pétition du SE-Unsa :

Je demande
l’assimilation des instituteurs retraités
dans le corps des professeurs des écoles

Les informations recueillies sont destinées au fichier syndical. Conformément aux dispositions du RGPD et de la loi nº 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’interrogation, de portabilité et de rectification des données vous concernant.
Pour toute question concernant vos données, leur usage, l’exercice de vos droits, veuillez contacter notre responsable du traitement : dpo@se-unsa.org, en précisant dans l’objet du courriel « droit des personnes ».