La formation : enfin une priorité ?

| popularité : 1%
En ce début d’année scolaire, le calendrier s’accélère enfin sur le chantier prioritaire de la formation des personnels. Depuis l’arrivée de Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Éducation nationale, le SE-Unsa a posé l’urgence de l’amélioration des conditions de travail de l’enseignant du 21e siècle dont le développement professionnel est un des leviers majeurs.


Comme nous l’avions demandé au ministre lors d’audiences en juillet puis en août, le dialogue social a repris immédiatement et le SE-Unsa pousse ses propositions pour des avancées concrètes.

C’est dans les toutes prochaines semaines que le ministère va finaliser le schéma directeur de la formation. Ce document en cours de discussions a déjà connu plusieurs évolutions.
Il présente une formation continue qui s’adresse à bien tous les personnels et oblige à dépasser la seule « information » sur de nouvelles instructions pour répondre également aux attentes des personnels.
La dimension « équipe » fait aussi son chemin avec des actions de formation plus souvent en proximité.
Enfin, la formation devra être certifiante et diplômante à chaque fois que ce sera possible.
De premières avancées sont à noter dans ce projet de schéma directeur.

Pour le SE-Unsa, il faut encore progresser sur le décloisonnement :

  • entre le premier et le second degré (formation sur les « dys » ou sur le plan mathématiques par exemple) ;
  • en inter-catégoriel (entre enseignants, CPE, PysEN, assistants sociaux, infirmiers…) ;
  • entre formation initiale et continue avec tout l’apport pour les équipes du travail des stagiaires pour leurs mémoires ou encore la possibilité de profiter ensemble de conférences et séminaires dans les Inspé et leurs réseaux d’antennes dépatementales.

La nécessité enfin affichée d’un continuum entre formation initiale, continuée et continue fait aussi partie des priorités du SE-Unsa.

Du texte à la concrétisation

S’il reste encore à faire pour améliorer ce texte « schéma directeur de la formation continue » avant sa finalisation en comité technique ministériel le 17 septembre, ce sont bien les modalités et moyens de concrétisations qui en permettront les améliorations pour chaque professionnel.

Les plans académiques de formation devront répondre de manière concrète aux besoins réels des personnels ainsi qu’à leur demande.
Le SE-Unsa demande la création d’une plateforme de recueil des demandes des collègues et la création d’un conseil académique de formation avec les représentants des personnels.
Pour le SE-Unsa, c’est bien le moyen de mettre tous les acteurs de la formation autour de la même table que les représentants des personnels pour que demain, il y ait enfin de neuf pour le développement professionnel des enseignants du 21e siècle, qui veulent réussir dans leur métier, pour eux comme pour leurs élèves et aussi pouvoir évoluer dans leurs carrières.