La pension de réversion : quelles conditions

| popularité : 1%
 
 
Les règles de la pension de réversion varient d’un régime à l’autre. Mais une est commune à tous. Seul, le mariage peut donner lieu à pension de réversion.
 
Si le conjoint décédé était fonctionnaire :
 
La pension de réversion représente 50% de la pension perçue ou à laquelle le conjoint décédé aurait pu prétendre. Il n’y a pas de condition d’âge ni de ressources mais des conditions de durée de mariage (2 ans si le mariage a eu lieu avant la retraite et 4 ans après). Si votre conjoint décédé a été marié plusieurs fois, la pension est partagée entre le conjoint et les ex-conjoints ayant droit à une pension. En cas de remariage ou pacs ou concubinage du conjoint survivant, ce droit est perdu.
 
Si le conjoint décédé relevait du régime général ou agricole :
 
Le veuf (ou la veuve) doivent avoir au moins 55 ans pour bénéficier d’une pension de réversion de 54% mais il (ou elle) peuvent s’être remarié(e)s. Il existe une condition de ressources. La pension de réversion reste acquise, même en cas de remariage
La réversion des régimes complémentaires s’ajoute, sans conditions de ressources, mais avec une condition d’âge.
 
Pour le SE-Unsa, la pension de réversion doit permettre au conjoint survivant, marié ou pacsé, de maintenir son niveau de vie