Le CAPPEI arrive : quid des enseignants du 2nd degré ?

| popularité : 1%
Après de nombreuses réunions au ministère, les textes instituant le Cappei(*), nouvelle certification qui remplacera à la rentrée 2017 le Capa-SH et le 2CA-SH  ont été adoptés au Conseil supérieur de l’éducation le 26 janvier.
 
Trois textes vont décrire la nouvelle certification et le contenu de la formation, un décret, deux arrêtés, une circulaire. Les remarques formulées par le SE-Unsa ont été, en grande partie, prises en compte.
 
L’essentiel de ce qu’il faut retenir
  • Cette formation s’inscrit dans la perspective de l’école inclusive.
  • Elle constituera un élément supplémentaire dans la construction d’une identité professionnelle transversale 1er/2nd degré.
  • La formation se déroulera en deux temps : des modules de 300 heures sur une année et un accès aux modules d’initiative nationale pour une durée de 100 h les cinq années suivantes. Le SE-Unsa a obtenu que ce temps soit inscrit dans le décret, autrement dit, il devient un droit avec priorité d’accès.
  • Au cours de la 1ère année, un tronc commun à tous les stagiaires de 150 h environ sera suivi de modules différenciés dits de professionnalisation et d’approfondissement.
 
Des modifications importantes obtenues à la demande du SE-Unsa 
Pendant une période transitoire de 5 ans, les enseignants du 2nd degré et les contractuels en CDI exerçant en SEGPA, EREA et ULIS pourront obtenir le Cappei avec une procédure simplifiée reconnaissant enfin leur engagement professionnel. En attendant, ils percevront l’indemnité spécialisée de 834 euros par an.
Il sera par ailleurs possible de se présenter 2 fois à l’examen et obtenir éventuellement une dérogation pour une 3ème candidature.
 
Ce qui reste à construire
L’identification des postes dans le second degré et l’impact de la certification sur les affectations des personnels.
Les échanges au CSE ont mis en évidence l’impréparation du ministère sur la gestion des futurs personnels spécialisés du second degré. Le SE-Unsa a obtenu la mise en place d’un groupe de travail avec la DGRH et le cabinet de la ministre pour traiter ces questions au plus vite, car elles ont des implications fortes sur l’attractivité du CAPPEI.
 
 
(*) Cappei : certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive