Le bac pro des métiers du commerce et de la vente voit le jour

| popularité : 1%
La Commission professionnelle consultative (CPC) du 8 novembre a validé la création du bac pro des métiers du commerce et de la vente en remplacement des bacs pro commerce et vente. 
 
L’année de seconde sera en tronc commun et en fin d’année l’orientation en 1ère bac pro se fera sur deux options : « animation et gestion de l’unité commerciale » (commerce) et « prospection et valorisation de l’offre » (vente).

Ce projet de diplôme va maintenant être présenté en commission spécialisée des lycées puis au conseil supérieur de l’éducation où il pourra être amendé. Le premier recrutement en 2nde se fera pour la rentrée 2018.
 
Du coté de la certification, l’épreuve E2 (étude de cas) serait transformée en CCF.
 
Sur les PFMP, il sera possible de faire en 2nde, une période de formation en vente et/ou commerce.
 
Il y aura visiblement une directive pour que les deux options soient présentes pour chaque formation. Des formations pour les enseignants devraient être mises en œuvre à compter de la rentrée 2017.
 
L’avis du SE-Unsa :
Le bac pro vente a une offre beaucoup plus réduite que le bac pro commerce (80% commerce et 20% vente). Pour le SE-Unsa proposer un tronc commun en seconde a du sens notamment au regard des compétences professionnelles transversales des deux bacs. Cela devrait contribuer à dynamiser le coté « vente », diversifier l’offre de formation tout en retardant d’un an le choix de l’orientation.
 
Nous déplorons la volonté de transformer en CCF la certification de l’épreuve d’étude de cas. C'est la seule épreuve ponctuelle professionnelle et cela va à l'encontre de la simplification de la certification qui est aussi souhaitée par le ministère.
 
La souplesse donnée pour la mise en œuvre des PFMP de 2nde est intéressante et la présence des deux options pour chaque formation importante.
 
Dans les académies, le SE-Unsa sera attentif à la mise œuvre effective de formations pour les enseignants et des options pour chaque formation ainsi qu'à la préservation des capacités d'accueil.