Manuels numériques : il faut apporter des réponses concrètes avant toute extension

| popularité : 24%
De nombreuses régions (Grand Est, Rhône-Alpes-Auvergne, et Île de France dernièrement) ont souhaité développer l’usage des manuels et des ressources numériques dans les lycées. Comment ce changement est-il mis en œuvre et préparé, dans les établissements et dans les équipes pédagogiques ?
 
Si l’usage des ressources numériques va de soi dans un monde, une société et une économie numérique, la question des usages pédagogiques, des possibilités matérielles et des conditions de travail des élèves et des enseignants doit aussi être prise en considération pour le SE-Unsa, pour que ce déploiement représente une vraie plus-value pédagogique.
 
Ressources numériques : quelles questions se posent ?
 
Face à ces expérimentations, le syndicat des enseignants de l’Unsa veut agir de manière constructive : l’investissement des régions dans les politiques éducatives est positif, et doit impliquer les enseignants et le ministère. Un manuel numérique ne suffit pas pour introduire le numérique dans les apprentissages, surtout quand c’est une simple version numérisée du manuel papier. Ce doit être une version augmentée qui permet réellement aux élèves de travailler autrement et de développer leurs compétences.
 
L'avis du SE-Unsa
Pour le SE-Unsa, plusieurs questions se posent en amont pour que le développement du numérique éducatif soit une vraie réussite :
  • En matière d’aménagement des locaux, de connectivité et de maintenance des équipements, pour faciliter et sécuriser les usages numériques.
  • En matière de formation et d’équipement des équipes pédagogiques mais aussi en matière d’accompagnement, par les corps d’inspection et au sein des établissements.
  • En matière d’organisation locale au sein des établissements pour que les ressources et les équipements numériques soient intégrés dans un projet pédagogique. Toute mission supplémentaire confiée à un personnel éducatif, tel que la gestion des licences des manuels numériques, doit faire l’objet d’une Indemnité pour Mission Particulière.
  • En matière de choix et de gestion de ces ressources numériques et plus particulièrement des licences de manuels numériques : Le choix des éditeurs pour les manuels numériques a un impact sur la charge de travail induite par l’attribution des licences, selon que l’éditeur est rémunéré au forfait, et les manuels directement accessibles depuis l’ENT, ou avec un modèle 1 licence = 1 utilisateur. Les établissements et les équipes doivent être accompagnés pour faire ces choix, alors que des ressources libres sont aussi disponibles.
 
 Le SE-Unsa intervient auprès du ministère de l’éducation nationale et des collectivités territoriales
 
Pour répondre à toutes ces questions, le SE-Unsa va demander à rencontrer la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO), notamment pour avoir des précisions sur la mise en œuvre locale des gestionnaires d’accès aux ressources numériques (GAR).
 
Alors que certains rectorats inscrivent d’office les professeurs documentalistes aux formations GAR, pour le SE-Unsa, l’attribution et la gestion des manuels numériques ne correspond pas à la mission d’organisation des ressources documentaires, fixée par la circulaire de missions de mars 2017 et doit faire l’objet d’un protocole d’organisation au sein de chaque établissement, impliquant plusieurs acteurs.
 
Le SE-Unsa a demandé à rencontrer l’association des Régions de France pour discuter du déploiement des manuels numériques et de ses enjeux, notamment pédagogiques et ira à la rencontre des collègues sur le terrain pour faire le point sur les problèmes concrets qui se posent dans les établissements : fiabilité et rapidité des connexions, maintenance des équipements, charge de travail, liberté pédagogique des enseignants et des équipes… Sur tous ces sujets, le SE-Unsa veut être un syndicat utile qui trouve des solutions, au service de la réussite des élèves et de l’amélioration des conditions de travail des personnels éducatifs.
 
Pièces jointes :
  • le courrier à la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire
  • le courrier à l’association des Régions de France