Mouvement CPE 2019 : de plus en plus ardu !

| popularité : 2%
L’absence de créations de poste depuis 2017 puis la baisse d’une soixantaine de capacités d’accueil par rapport à 2018 confortent le mouvement 2019 dans un contexte de plus en plus difficile pour les candidats.

Des barèmes en hausse

L’aggravation des conditions de mouvement en 2019 rend la mobilité des CPE vraiment très délicate, particulièrement quand les collègues ont des situations familiales tendues. Les capacités d'accueil, en baisse dans 2 académies sur 3, traduisent cette année, plus qu’avant encore, un raidissement des flux.
 
Les académies traditionnellement demandées deviennent globalement de plus en plus inaccessibles et des phénomènes de file d’attente se créent sur des académies intermédiaires que l’on peut qualifier de « d'académies de passage ou d’attente ». Elles voient s’amplifier des arrivées « par défaut » qui fragilisent la stabilité des affectations dans un nombre de plus en plus important d’académies.
 
Dans les faits, ce que supportent Créteil, Versailles, Amiens, à grande échelle se produit aussi dans des académies moins touchées auparavant comme Reims ou Nancy-Metz. Avec une augmentation des barèmes d’accès dans la moitié des académies, Grenoble, Dijon, Clermont-Ferrand, Orléans-Tours et Rouen ne peuvent même plus être des passages obligés pour aller vers l’ouest ou le sud.

À l’opposé, la plupart des académies du grand ouest ou du sud renforcent leur vivier stable et amplifient leurs barres d’entrée du fait que personne ou presque ne sort de ces académies et que peu y entrent. Ces contraintes sont mal connues des candidats et les barèmes ne règlent pas tous les problèmes malgré une amélioration dans le temps concernant les priorités familiales. Ces améliorations ne jouent plus leur rôle dans un contexte de réduction des capacités d’accueil mais limitent seulement « la casse » pour les situations les plus lourdes.

Des stagiaires inégalement répartis sur le territoire

Si l'on se penche plus particulièrement sur les affectations 2019 des stagiaires CPE, à l'évidence, la situation s’est encore durcie par rapport à l'an passé. Cela est dû à l'amenuisement du nombre de stagiaires. Cela est dû aussi aux difficultés de plus en plus grandes de mutations pour les titulaires et l’absence marquée cette année d’intérêt des titulaires pour certaines académies du grand Est.
 
À titre d’exemple, on notera que les académies de Dijon et de Reims comptent au moins 75% de stagiaires parmi leurs entrants. Les académies d’Île-de-France, de Lille et d’Amiens représentent les lieux d’arrivée de 2 stagiaires sur 3.
 
À l’opposé, sur Bordeaux, Montpellier, Rennes, pour ne citer que les plus criantes. Seuls quelques rares stagiaires bénéficiaires de dossier médicaux ont pu rester sur leurs académies de stage et de vie antérieure.

Moins de place dans 1 académie sur 2

Le mouvement CPE 2019 n’est donc pas satisfaisant sur plusieurs points qui se dégradent d’année en année et d’autant plus fortement qu’il n’est pas accompagné de postes supplémentaires. Le nombre d’entrants est en baisse par rapport à 2018 dans la moitié des académies. Cette situation est de plus en plus anxiogène pour les candidats à participation obligatoire et crispantes pour les titulaires soumis aux contraintes des barèmes.
Il sera donc nécessaire et utile de pouvoir régler dans un deuxième temps certaines situations délicates à titre provisoire ou définitif afin d’introduire un peu d’humanité et de souplesse dans un tel mouvement contraint.
 
Mayotte largement déficitaire

C’est la dernière fois que les affectations sur poste à Mayotte étaient définies à Paris. À l’issue des travaux, 7 collègues supplémentaires se trouvent nommés dans des établissements. Mais le bilan global fait apparaître le record de 38 postes vacants sur ce territoire, des absences qui seront compensées par des personnels contractuels.
 
Nous demandons que Mayotte puisse devenir une académie d’affectation pour les collègues en participation obligatoire ne parvenant pas à obtenir l’île de La Réunion (située à 1h30 d’avion).

Lors du mouvement 2020, les CPE pourront demanter l’académie de Mayotte dans leurs vœux du mouvement-inter. Les affectations sur poste seront définies localement en CAPL.