Mouvement complémentaire : seulement 70 collègues supplémentaires obtiennent satisfaction

| popularité : 2%
Comme les années précédentes et à la demande du SE-Unsa, un groupe de travail ministériel a eu lieu le 19 avril 2016 afin d'examiner les situations les plus délicates de collègues n'ayant pas obtenu satisfaction lors de la phase des mutations.

L'administration a soumis une liste de 70 collègues qui pourraient obtenir finalement satisfaction sous réserve de faire la demande d’exeat-ineat.

Les critères choisis (handicap et séparation de conjoint avec enfant depuis au moins 2 ans dans un département non-limitrophe d’une académie différente, avec un barème supérieur à 600 pts).

Ils permettent de prendre en compte un certain nombre de situations difficiles, certes, mais lèsent des collègues qui avec le temps se sont rapprochés, par dépit, sur des départements limitrophes. Ils lèsent également les collègues qui n'ont pas d'enfant et/ou qui repoussent leur projet familial à cause de la séparation.

Le SE-Unsa se félicite que sa demande de réexamen des situations non-satisfaites ait été à nouveau entendue et reste convaincu de l'importance et l'utilité de ce groupe de travail. Cependant, il note cette année une érosion importante du nombre de possibilités de mutation due aux critères trop contraints choisis par le ministère.

Lors du groupe de travail, le SE-Unsa a fermement contesté les critères retenus, difficilement justifiables et générateurs d'iniquité. En effet, pour le SE-Unsa, de trop nombreux collègues vont continuer à exercer dans des conditions qui rendent très difficile l'équilibre vie pro / vie perso. Ils ont pourtant le droit d’attendre de l'institution une reconnaissance de leur situation particulière.