Mouvements départementaux : on continue d’avancer

| popularité : 1%
Le SE-Unsa a participé à un groupe de travail sur les mouvements départementaux le 12 décembre. Il s’agit d’une première étape destinée à examiner 2 points, le vœu géographique obligatoire et la seconde saisie de vœux, qui a disparu dans de nombreux départements. Le SE-Unsa a ajouté la question du temps partiel et de son incompatibilité avec certains postes.
 
Incompatibilité temps partiel/postes : vers un rappel des bonnes pratiques
Le SE-Unsa porte cette problématique depuis de longs mois. Les listes de postes incompatibles s’allongent tous les ans. Pour le SE-Unsa, il n’est pas concevable aujourd’hui que les administrations départementales demandent aux collègues de choisir entre vie professionnelle et vie personnelle, en les affectant notamment sur d’autres postes durant le temps partiel. Le Ministère s’est engagé à faire un rappel des règles à ses administrations locales.
 
Vœu géographique et seconde saisie de vœux : vers une évolution du logiciel
Le SE-Unsa a rappelé son opposition au caractère obligatoire du vœu géographique. Le vœu géographique présente un intérêt : dans le cadre restreint des 30 vœux, il permet de formuler plusieurs vœux en un seul. Mais le SE-Unsa exprime plusieurs réserves :
  • le vœu géographique obligatoire donne une illusion de stabilité pour les personnels : l’affectation sur vœu géographique à titre définitif sur un poste non-choisi entraînera une participation au mouvement suivant
  • le découpage des zones géographiques est trop souvent inadapté du point de vue des distances et de la cohérence des territoires regroupés
  • le fonctionnement de l’affectation sur vœu géographique est caractérisé par un manque d’information et de lisibilité pour les personnels.
Le SE-Unsa considère pour ces raisons qu’une seconde émission de voeux par les personnels restés sans poste est préférable à l’imposition de formuler un vœu géographique.
 
Pour ces demandes, le Ministère renvoie toute évolution vers un changement de l’outil informatique gérant les mouvements. Le SE-Unsa regrette ce renvoi, hypothétique, à des mouvements futurs.  D’autres concertations auront lieu sur cette question. Il s’agira d’étudier la possibilité d’intégrer ces demandes dans le nouvel outil de gestion.