PIRLS 2016 : plan ministériel hors-sujet

| popularité : 1%
Les résultats de l’édition 2016 de l’étude internationale PIRLS sont tombés. Même si elles demeurent juste au-dessus de la moyenne, les performances en compréhension de l’écrit des élèves français élèves en fin de quatrième année de scolarité obligatoire (CM1) ont encore baissé. Ce sont les processus de compréhension les plus complexes (interpréter et apprécier) qui ont le plus fortement régressé.

A une situation des plus préoccupantes, le ministre répond par un plan hors-sujet axé sur  le déchiffrage et la maîtrise du code. Avec son programme « maîtrise de la langue française », il évacue la question de l’accès au sens et privilégie les apprentissages formels en relançant les découpages traditionnels (orthographe, grammaire, vocabulaire).

Le SE-Unsa rappelle que les élèves testés par PIRLS 2016 ont débuté leur scolarité en 2009 et subi pleinement la politique éducative de l’ère Sarkozy : programmes de 2008, semaine de 4 jours, suppression de postes, réduction de moitié des enseignants spécialisés en  Rased, quasi-disparition de la formation initiale et continue.

Ce qui a été si facile à démolir est beaucoup plus long à reconstruire. Ainsi, il faudrait laisser du temps aux derniers programmes de 2015, élaborés dans le consensus, en prenant appui sur les travaux de la recherche. Pourtant, ils seraient déjà remis en cause par des progressions et repères annuels et des « ajustements nécessaires ».

Pour le SE-Unsa, le ministre passe à côté de l’occasion de mobiliser l’ensemble de la communauté éducative pour relever le défi majeur de la maîtrise de la langue et de l’accès de tous à une compréhension autonome de l’écrit.

Pour le syndicat, il faudrait un grand plan de formation initiale et continue ambitieux et inscrit dans la durée. Avec les neuf heures annuelles prévues par le ministre, nous sommes très loin du compte.


Paris, le 5 décembre 2017
 
Stéphane Crochet
Secrétaire général
 

Attachée de presse
Brigitte Biardoux
01 44 39 23 93