Plan du gouvernement pour la scolarisation des élèves handicapés : premières annonces

| popularité : 1%
Présenté le 4 décembre dans une relative indifférence et coincé dans une actualité nationale et internationale denses, le plan du gouvernement pour la scolarisation des élèves handicapés n’a pas reçu l’écho qu’il méritait. Et pourtant, il porte en lui des propositions qui méritent de s’y arrêter et d’être précisées.
 
Formation initiale et continue des enseignants revisitée, augmentation du recrutement d’AESH, accélération d’implantation d’unités d’enseignement, effort sur les Ulis, tout cela offre un projet de remodelage en profondeur de l’inclusion scolaire. Mêlant annonces très précises et intentions à plus long terme, à ce stade, il est nécessaire de connaitre les caractéristiques plus précises de ce que disent ces intentions ministérielles. C’est ce que nous demanderons aux deux ministres concernés.
 
Le SE-Unsa vous propose un premier décryptage de ces annonces contenues dans le "plan de transformation profonde et pérenne du système éducatif et médico-social", présenté le 4 décembre 2017 :
 
1 - "Mieux informer, former et accompagner les enseignants"
 
  • Formation initiale et continue "renforcée" sur la compréhension du handicap et les adaptations scolaires
Ce qu’en dit le SE-Unsa : cette disposition existe déjà dans les textes fondateurs de la formation initiale des enseignants hélas très peu présente dans la réalité. Il nous faudra donc regarder de près ce qui sera proposé de nouveau et surtout les conditions de réalisation.
 
  • Organisation d’un colloque national sur la question de "L’attention : un besoin éducatif particulier, sciences cognitives et adaptations scolaires innovantes et créatives" au premier semestre 2018
Ce qu’en dit le SE-Unsa : toujours ce besoin de saupoudrer tous les sujets de sciences cognitives…. les bibliothèques ministérielles fourmillent de rapports sur le sujet. Un nouveau colloque apportera-t-il des éléments nouveaux ?
 
  • À la rentrée 2018, plateforme numérique nationale "ressource" pour les enseignants
Ce qu’en dit le SE-Unsa : ressources, c’est bien, formation, c’est mieux.
 
 
2 - Multiplier et diversifier les modes de scolarisation
 
  • Création de 250 Ulis supplémentaires durant le quinquennat en lycées : voies générales, technologiques et professionnelles
Ce qu’en dit le SE-Unsa : les annonces chiffrées ont le mérite d’exister et la limite de ne jamais éclairer sur les besoins. Celles-ci sont la suite logique du développement des Ulis.
 
  • Doubler d’ici 2020 le nombre d’unités d’enseignement externalisées au sein de l’école (UEE)
Ce qu’en dit le SE-Unsa : attention à la marche forcée qui ne prendrait pas en compte les aspects matériels du quotidien  qui pourraient vite devenir les cailloux dans la chaussure, bloquant alors les meilleures volontés du monde. Remplacement en cas d’absence, accueil des élèves, interclasses, prise en compte dans les effectifs, ces questions doivent être abordées.
 
  • Démultiplier les partenariats territoriaux école/médico-social qui permettent la prise en compte des besoins éducatifs particuliers des élèves en situation de handicap.
Ce qu’en dit le SE-Unsa : oui la question du handicap nécessite des approches partenariales et  donc d’accéder à la revendication du SE-Unsa d’abaisser le temps de présence devant élèves pour permettre ces coopérations que nous revendiquons depuis des années.

 
3 - "Veiller à ce que les élèves sortent de l’école avec un diplôme ou une certification professionnelle"
 
  • "Mieux prévenir" l’échec scolaire.
  • Simplifier et aménager le passage d’examens.
  • Conduire les élèves en situation de handicap vers une certification professionnelle.
  • Développer des partenariats entre l’école et le secteur adapté pour faciliter les mises en situation professionnelle.
  • Développer l’accessibilité numérique.
Ce qu’en dit le SE-Unsa : des intentions que l’on ne peut que partager mais tout cela mérite des précisions, l’aménagement des examens, la reconnaissance des diplômes, l’employabilité des travailleurs handicapés, ….
 
 
4 - Adosser l’offre médico-sociale à l’école (2018 à 2022)
 
  • Accroître "significativement" l’appui des services médico-sociaux aux établissements scolaires.
Ce qu’en dit le SE-Unsa : significativement signifie donc augmentation de ressources ? Les budgets alloués à ce dossier sont stagnants depuis des années. Seront-ils revus à la hausse ?
 
  • Tout nouveau service médico-social, intervenant pour les moins de 20 ans, doit être adossé à l’école pour assurer la continuité de parcours de l’élève.
Ce qu’en dit le SE-Unsa : quel montage règlementaire ? quelle tutelle ? quel périmètre d’intervention ? Quelles responsabilités ?
 
  • Transformer progressivement les établissements médico-sociaux en plateformes de services et de ressources d’accompagnement des élèves handicapés.
Ce qu’en dit le SE-Unsa : cela signifie-t-il la fin de l’accueil en établissement ? l’école inclusive doit maintenir la notion de parcours et donc conserver une diversité d’accueils possibles.
 
 
5 - Améliorer le recrutement et l’organisation du dispositif d’accompagnement des élèves handicapés
 
  • Création de 11 200 postes d’AESH au budget 2018 (4 800 de plus que l’engagement de la conférence nationale du handicap de 2016).
  • Évaluer les disparités territoriales du dispositif par une mission d’inspection.
  • Communication "constante" des services de l’Éducation nationale avec les MDPH pour anticiper la prochaine rentrée scolaire, harmoniser l’évaluation, la notification des adaptations et les droits.
  • Conditions de recrutement assouplies, ouvertes à d’autres compétences. Accès facilité au statut AESH pour les emplois aidés d’ici à 2019.
  • Convention nationale entre le ministère de l’Éducation nationale et Pôle emploi sur les zones et périodes de recrutement en tension dès 2018.
Ce qu’en dit le SE-Unsa : ce qui importe au-delà des créations d’emplois nécessaires et des ajustements partenariaux, c’est la question de la pérennisation de ces fonctions aujourd’hui encore trop marquées par la précarité et l’absence de perspectives professionnelles. Article à retrouver ici : http://enseignants.se-unsa.org/L-attractivite-du-metier-d-AESH-on-en-parle

 
6 - Transformer "durablement" l’accompagnement des élèves en situation de handicap
 
  • Expérimenter des pôles mutualisés de gestion des adaptations et des mesures de compensation et favoriser les appuis dont les enseignants ont besoin à partir de 2018.
Ce qu’en dit le SE-Unsa : concept flou qui se doit d’être précisé avant de donner un avis…
 
  • Qualifier les accompagnants et renforcer l’attractivité de leur métier sur tous les temps et lieux de vie des enfants et des jeunes à partir de la rentrée 2018-2019.
Ce qu’en dit le SE-Unsa : élargir les possibilités professionnelles des accompagnants, un projet proposé dès 2013 soutenu par le SE-Unsa et resté lettre morte. Pour l’instant inaccessible du fait d’un diplôme impossible à obtenir par la VAE.