Plan étudiant : il faut respecter les missions des psychologues

| popularité : 1%
Ce n’est pourtant pas ainsi que le conçoit le ministère, qui a l’intention de confier au moins partiellement cette mission à des jeunes de 16 à 25 ans en service civique ! En effet, le vademecum « Accompagner les lycéens vers l’enseignement supérieur » mentionne que ces jeunes se verront en charge, dans les lycées, d’aider d’autres jeunes à mieux se connaître, à développer leur capacité à entreprendre… 
 
Ainsi le vademecum indique :
« [Le volontaire en service civique] peut intervenir, sous la responsabilité d’un PsyEN, en établissement public local d’enseignement (EPLE) et en centre d’information et d’orientation (CIO).
 
En lycée, le volontaire en Service civique peut intervenir pour l’information sur des formations et des métiers, sur la connaissance de soi et le développement de la capacité à entreprendre ainsi que sur l’aide à l’élaboration du projet d’orientation scolaire et professionnel.
 
En CIO, sous l’autorité du directeur du CIO, il peut contribuer à l’accueil du public et à la prise en charge des jeunes dans le cadre des plateformes de suivi et d’appui aux décrocheurs. Il peut aussi venir en appui à l’organisation d’événements sur l’orientation ainsi qu’à l’alimentation et l’animation des réseaux sociaux. »
 
Avec quelle formation, quelles compétences pour appréhender ces notions d’aide à l’élaboration du projet personnel ? Plus besoin de PsyEN, nous avons les services civiques !
 
Mais rassurons-nous : ce jeune, lui-même en construction identitaire, sera tout de même accompagné par un « Conseiller d’orientation psychologue » (sic !) ! Outre ce lapsus qui s’apparente à un  déni de notre nouveau corps et de l’identité de psychologue de l’Éducation nationale, les collègues concerné.e.s par ce tutorat n’ont pas été sollicité.e.s, ni même informé.e.s. Nombre d’entre eux.elles ont appris par voie d’affichage qu’une nouvelle mission leur était confiée…
 
Il semblerait que cette partie du vademecum, qui concerne en priorité les PsyEN et les DCIO, ait été rédigée sans faire appel à aucun.e des responsables en charge du dossier des PsyEN au niveau ministériel ou académique. Pourtant, une simple relecture par des professionnels compétents aurait évité un tel fiasco.
 
Le SE-Unsa est intervenu pour que la partie du vademecum qui porte sur les volontaires en service civique soit réécrite au plus vite.