Postes Capeps 2018 : contradiction ou stratégie ?

| popularité : 16%
Communiqué de presse Anestaps / SE-Unsa/ Sgen-Cfdt
 
 Paris, le 30 Novembre 2017
 
Le nombre de postes offerts au concours de recrutement de professeurs d’EPS pour la session 2018 vient d’être publié.
Si les postes annoncés pour le concours interne restent stables, ceux du concours réservé connaissent une augmentation liée à l’échéance 2018 de ce format. Le Capeps externe connaît lui un lourd effondrement de plus de 21% des postes offerts. Tandis que depuis deux ans les places augmentent légèrement c’est une rupture nette avec cette diminution de 170 places. De plus 5004 candidats se sont inscrit au Capeps 2018, c’est 195 de plus qu’en 2017.
 
Pour l’Anestaps, le SE-Unsa et le Sgen-CFDT, c’est l’incompréhension la plus totale !
 
Nous ne pouvons que nous étonner de la contradiction entre ces chiffres et les annonces de Jean-Michel Blanquer sur le plan Génération 2024 et son incessante promotion du « sport à l’école » censés mobiliser un grand nombre d’enseignants d’EPS notamment dans le cadre de la création de 1000 sections sportives.
 
De plus ce ne sont pas moins de 20 000 jeunes qui entreront dans le secondaire à la rentrée 2018 et nous connaissons tous la nécessité de l’éducation par la pratique physique et sportive. Le gouvernement compte-t-il sur une augmentation de la contractualisation compte tenu des besoins déjà existant de professeurs d’EPS ?
 
Et que dire des récentes annonces des JO de Paris 2024, de la coupe du monde de rugby 2023 représentant la France comme nation sportive. Si l’État reconnaît réellement la plus-value des APS comme vecteur de lien social, de bien-être et de santé, permettant notamment de lutter contre la sédentarité, pourquoi porter une telle atteinte à l’EPS ?
 
Nous pouvons voir également au travers de cette contradiction une volonté politique, celle de dissuader les étudiants d’entamer ou de poursuivre un cursus en Staps, l’une des trois filières en tension dans la capacité à accueillir tous les bacheliers.
 
Le SE-Unsa et le Sgen-CFDT s’associent à l’Anestaps pour rappeler la nécessité d’un réel plan de recrutement pluriannuel comme dicté par le code de l’Éducation L911-2.