Pouvoir d’achat : les fonctionnaires devront encore attendre...

| popularité : 1%
Le rendez-vous salarial avec le ministre de l’Action et des comptes publics s’est enfin tenu le 16 octobre. Le ministre a rendu ses arbitrages. Malgré quelques inflexions suite à la journée de mobilisation du 10 octobre, les promesses du candidat Macron ne sont pas tenues.
 
Hausse de la CSG
 
La hausse de la CSG sera entièrement compensée grâce à une prime individuelle évaluée sur la rémunération de l’année précédente, réévaluée pour tous en 2019. La mobilisation du 10 octobre a permis d’octroyer le droit à cette prime sur la base d’un temps plein pour les agents à temps partiel ou en congé longue maladie lors de leur reprise à plein temps. Les nouveaux entrants dans la fonction publique, initialement écartés de ce dispositif, bénéficieront finalement de cette compensation.
 
PPCR
 
Pas de remise en cause du PPCR(1) malgré les préconisations de la cour des comptes, mais report à 2019 des mesures prévues en 2018. L’inconnue réside dans la portée précise de ces reports : concerneront-ils uniquement l’indiciaire ou toucheront-ils aussi les contingentements d’accès à la classe exceptionnelle ?
 
Point d'indice et Gipa
 
Le gel du point d’indice, quant à lui, est bel et bien confirmé.
 
La seule bonne nouvelle concerne le dispositif  Gipa(2)  qui est prolongé, mais qui ne compense que partiellement l’inflation.
 
L'avis du SE-Unsa :
 
Dans un contexte social de tension, même si report partiel vaut mieux qu'abandon total, ces annonces ne vont pas dans le sens de l’apaisement. Les agents publics sont, une fois de plus, les variables d'ajustements budgétaires. L'État employeur tente de revenir sur ses engagements, faisant fi des textes validés précédemment.
 
Le SE-Unsa est attaché à l'application pleine et entière du protocole PPCR et reste mobilisé pour la traduction de ces annonces à l'Éducation nationale.
 
(1)Parcours professionnels, carrières et rémunérations
(2) Garantie individuelle du pouvoir d’achat