Profs-docs : après la pétition "Je signe pour l’égalité", on fait quoi ?

| popularité : 1%
Notre enquête pour réclamer l'égalité de traitement entre les professeurs documentalistes et les professeurs d'autres disciplines a porté ses fruits : plus de 2000 collègues ont signé pour que les profs docs voient leur Indemnité de Sujétion Particulière (ISP), fixée à 583 euros, réévaluée à hauteur de l'Indemnité de Suivi et d'Orientation des Elèves (ISOE) que perçoivent les professeurs des lycées et des collèges.
 
Comment concrétiser ces attentes légitimes? Si le groupe de travail ministériel créé en juin 2016 s'intéresse uniquement à la définition de la circulaire de missions des professeurs documentalistes, le SE-UNSA revendique la réunion d'un groupe de travail avec des objectifs plus ambitieux : évoquer l'égalité de traitement en matière de primes, mais aussi en matière de pondération pour l'éducation prioritaire, ou encore dans les perspectives de carrière, notamment pour créer une agrégation de documentation.
 
Concernant l'ISOE, une question écrite déposée cette semaine au Sénat par Les Républicains réclamait que cette indemnité soit versée aux professeurs documentalistes. Nous préferons réclamer un alignement de l'ISP sur l'ISOE, car les missions reconnues par l'ISOE ne peuvent être entièrement calquées sur les missions des professeurs documentalistes, qui se recoupent, sur l'orientation, mais sont différentes pour d'autres (politique documentaire, ouverture culturelle, etc.).
 
Enfin, le temps d'enseignement ou de co-enseignement des professeurs documentalistes doit être reconnu et valorisé par les textes réglementaires. La participation des professeurs documentalistes aux EPI, aux TPE et à l'accompagnement personnalisé doit être acquise et stabilisée, ainsi que leur responsabilité dans la construction pour chaque élève d'une culture de l'information et des médias.