Psychologues : un référentiel de compétences trop dans le détail

| popularité : 1%
 
Le groupe de travail, qui s’est tenu le 10 mars au ministère, a validé la version finale du référentiel de connaissances et de compétences des psychologues de l’Éducation nationale et directeurs de CIO. Ce document de plusieurs pages se décompose en 5 parties :
 
 
- la première porte sur les connaissances et savoirs ressources communs exigibles de tous les personnels de l’éducation nationale et appliquées aux psychologues ;
- la deuxième sur les compétences communes aux deux spécialités ;
- la troisième sur les compétences spécifiques aux activités des psychologues de la spécialité « Éducation, développement et apprentissages » ;
- la quatrième sur les compétences spécifiques aux activités des psychologues de la spécialité « Éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle » ;
- la cinquième sur celles des directeurs de CIO.
 

Un référentiel trop détaillé

Certains syndicats ont milité pour un référentiel de connaissances et de compétences, détaillé. Mais les compétences sont contextualisées dans un répertoire exhaustif de situations si précises que le SE-Unsa a émis un avis réservé sur le manque de souplesse d’un tel cadrage. La structure de ce référentiel reprend le schéma utilisé pour les métiers du professorat et de l’éducation. Est-il possible de répertorier de façon exhaustive et pointue, les situations dans lesquelles vont s’exprimer les compétences des psychologues sans restreindre leur autonomie professionnelle ? 

L’autonomie du psychologue oubliée

Le référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation reconnaît aux professeurs la liberté pédagogique (BO n° 30 du 25 juillet 2013). Malgré une proposition d’amendement du SE-Unsa, le ministère n’a pas inscrit « l’autonomie du psychologue dans l’exercice de sa profession quant à ses choix théoriques, ses méthodes et ses outils de travail » dans le référentiel de compétences. Le ministère pourrait toutefois ajouter ce principe d’autonomie au début de la partie commune. Nous serons vigilants car cette absence pourrait être préjudiciable à la profession.

Des compétences à développer au long de la carrière

Le SE-Unsa a demandé de préciser que ce référentiel n’a pas pour but de rendre lisibles les compétences attendues de tous, à l’entrée dans le métier, mais plutôt celles à acquérir et à développer tout au long de la carrière. Ce ne devrait donc pas être pas un cahier des charges, ni un référentiel d’évaluation, ni de titularisation. Il est prévu que ce référentiel serve de base de travail dans l’élaboration des épreuves et des programmes du concours de recrutement des psychologues ainsi que dans la conception du référentiel de leur formation. 

La suite des chantiers, la publication du décret

Le ministère vient de réunir toutes les structures de formation impliquées dans l’année de stagiarisation des PsyEN. Plusieurs chantiers vont bientôt s’ouvrir concernant le référentiel de formation et le contenu des épreuves de concours. Les modalités d’évaluation feront également l’objet d’un groupe de travail. Le ministère a assuré que les délais seront respectés pour la création du corps des PsyEN. Le décret devrait effectivement être publié au début du dernier trimestre 2016. Le premier concours de recrutement est prévu pour le premier semestre 2017.