Qualité de vie au travail : des avancées

| popularité : 1%
L’Unsa a décidé d’approuver le texte issu des discussions sur la qualité de vie au travail du ministère de la Fonction publique.

Les enjeux de cette négociation sont importants. En effet, la qualité des conditions de travail a, par exemple, un impact direct sur la vie quotidienne, sur la capacité à articuler vie professionnelle et vie personnelle et donc, in fine, sur l’état de santé.
La récente enquête initiée par le SE-Unsa, «800 000 enseignants et moi, et moi, et moi» a révélé ainsi que c’est une priorité pour la très grande majorité des enseignants. Le texte issu des négociations avec le ministère de la Fonction publique va dans le bon sens.
Il pose des principes généraux importants : la reconnaissance de l’agent comme acteur de l’organisation de son travail et son droit à une expression directe sur le contenu et l’organisation du travail, le droit au respect de la séparation entre vie personnelle et vie professionnelle, le «droit à la déconnexion» de tout moyen de communication et d’information en dehors des heures de service… C’est pour cela que l’Unsa a décidé d’acter ces avancées.

Cela ne fera pas tout. Il faut, maintenant, décliner cet accord, en particulier au ministère de l’Éducation nationale. Un plan d’action spécifique doit être mis en œuvre en 2015 qui élaborera en particulier une charte de gestion du temps et un dispositif de prévention des situations de tension…

Le SE-Unsa souhaite faire déboucher ces réflexions. C’est le sens de l’interpellation faite à la ministre, et des 8 leviers du SE-Unsa pour mieux articuler vie pro et vie perso.