Recrutement des vacataires dans l’enseignement supérieur : plus d’informations avec le SE-Unsa et Sup’recherche !

| popularité : 1%
Chaque année, des milliers d’enseignants du second degré font acte de candidature pour intervenir comme vacataire dans les établissements de l’enseignement supérieur (université, IUT, écoles supérieures…).
Le SE-Unsa veut accompagner tous les personnels d’éducation, d’orientation et les enseignants dans leur mobilité professionnelle, notamment en les informant mieux sur les voies d’accès à l’enseignement supérieur. Dans quelle discipline recrute-t-on ? Comment faire acte de candidature et comment se donner plus de chances d’être retenu ?
 
Pour répondre à ces questions, le SE-Unsa a interviewé Jean-Pascal Simon, co-secrétaire général de Sup’recherche-Unsa, le syndicat des enseignants-chercheurs, des enseignants et des chercheurs de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Jean-Pascal Simon est maître de conférences en sciences du langage à l’Université Grenoble Alpes.
 
Comment se déroule le recrutement des vacataires ?
Le recrutement se déroule en mai/juin pour la rentrée suivante, et plus rarement en septembre ou pendant l’année pour des remplacements plus ponctuels. Il n’y a pas de procédure standardisée, ces recrutements sont effectués par les enseignants qui gèrent les enseignements ou les chefs de départements concernés. Parfois, des informations sont envoyées sur les besoins en utilisant les listes de diffusion d’enseignants du second degré.
 
Comment donner plus de chance à sa candidature ?
Les établissements recrutent des chargés d'enseignement vacataires en raison de leurs compétences dans un domaine quand ils exercent par ailleurs une activité professionnelle principale. Les enseignants du second degré doivent obtenir une autorisation de cumul de la part de leur employeur ce qui peut être refusé notamment pour des personnes à temps partiel.
 
La sélection des dossiers est notamment opérée sur le critère de l’expérience dans l’enseignement post-bac (BTS par exemple) et s’appuie sur le CV et la lettre de motivation qui doivent démontrer que les candidats se sont renseignés sur la nature des enseignements qu’ils devront dispenser. Pour candidater, le mieux est d’envoyer une candidature spontanée aux mois d’avril et de mai, notamment dans les IUT qui recherchent beaucoup de vacataires.
 
Dans quelle discipline a-t-on le plus de chances d’être retenu ?
Les besoins d’enseignants en langue (anglais surtout), en expression/communication (IUT) en maths/physique sont les plus importants. Concernant les établissements et les filières qui recrutent, l’université Grenoble Alpes, par exemple, recrute beaucoup de vacataires pour ses IUT et l’IAE (15 000 heures pour chaque établissement), et dans une moindre mesure pour les UFR chimie-biologie, Phitem (sciences, technologies) et Polytech, pour 7 000 heures environ. Enfin, les UFR Droit, Staps, Sciences humaines et sociales arrivent juste derrière.
 
Pour plus d’informations, abonnez-vous aux infolettres du SE-Unsa ou contactez le SE-Unsa de votre académie qui vous mettra en relation avec un responsable Sup’recherche.
Vous pouvez aussi vous référer au décret 87-889 (27 octobre 1987) relatif aux conditions de recrutement des vacataires pour l'enseignement supérieur.
Pour le SE-Unsa, les possibilités de mobilité professionnelle doivent être facilitées, notamment, pour les enseignants du second degré, en permettant d'accéder à la recherche (congés de formation) et à l'enseignement supérieur (postes partagés).