Référents handicap : le SE-Unsa a déposé les 1000 signatures au cabinet de la ministre le 15 novembre

| popularité : 1%
Le SE-Unsa a rencontré le cabinet de la ministre le 15 novembre 2016 pour déposer les 1000 signatures de référents.
 
Après la lettre à la ministre le 17 octobre dernier, nous avons relancé son cabinet le 10 novembre qui nous a reçus le 15 novembre. Nous avons fait état des 1000 signatures recueillies en quelques semaines et de la forte attente de ces collègues tant sur la question de la rémunération que de leur charge et de leurs conditions de travail.
 
Les référents ont indiqué dans une pétition que nous les invitions à signer, plus de 1000 à ce jour, qu’ils ne rempliraient pas l’enquête annuelle commandée par la Dgesco qui doit remonter pour la fin du mois de novembre. Nous leur avons apporté un total soutien dans cette démarche.
 
Au-delà de la question de la rémunération, les enseignants référents expriment leur mal-être professionnel devant la dégradation de leurs conditions de travail qui ne leur permet plus d'exercer sereinement leurs missions et de ce fait rend de plus en plus complexe l’inclusion.
 
Rémunération
Nous avons attiré l’attention de nos interlocuteurs sur le différentiel de rémunération qui représentait un point de blocage et expliquait en partie la désaffection actuelle sur ces postes. Si l’ISAE n’est pas accessible, nous avons demandé que soient examinées rapidement des hypothèses indemnitaires qui pourraient remettre à niveau cette fonction et permettre la mobilité professionnelle entre les enseignants spécialisés.  
 
Conditions de travail
Nous avons demandé que s’ouvre dans les meilleurs délais un groupe de travail sur la chaine règlementaire issue de la loi de 2005, référents et mis à disposition dans les MDPH.
 
Il nous a semblé que nos échanges ont été constructifs et que nos interlocuteurs ont été attentifs à nos arguments. Ils se sont engagés à nous apporter des réponses sur ces deux points. Nous devrions avoir des informations plus concrètes dans les jours qui viennent.
 
En attendant
Nous appelons les référents à poursuivre leur action de ne pas faire remonter l’enquête DGESCO et à prendre contact avec les sections départementales du SE-Unsa.