Réforme de la voie pro : le compte n’y est toujours pas !

| popularité : 1%
Les nouveaux textes qui réglementeront les CAP et les Bacs pro à partir de la rentrée 2019 (grilles horaires et moyens complémentaires en PJ) ont été discutés le 26 septembre à la commission spécialisée des lycées qui est préparatoire au Conseil Supérieur de l’Education qui aura lieu le 10 octobre 2018. Si on est loin du cataclysme annoncé par certains, le compte n'y est toujours pas. Le SE-Unsa continue à revendiquer pour les élèves et les professeurs.
 
Le SE-Unsa a porté avec détermination ses revendications sur une base incontournable : cette réforme ne doit pas être source d’économies budgétaires (donc de postes) et de dégradation des conditions d’enseignement.
 
Grilles horaires élèves
 
Pour le CAP
Les 3 grilles existantes sont remplacées par une seule grille. La grille de référence est la grille actuelle de 14 semaines. Pour le calcul et la répartition des DHG, nous avons demandé qu’il y ait une référence claire au nombre de semaines d’enseignement, nombre de semaines d’examen et de PFMP comme dans les textes précédents pour éviter les interprétations défavorables dans le calcul des DHG.
La grille proposée ne reprend pas tous les moyens actuels, il est donc possible d’améliorer la situation notamment des arts appliqués qui voient leur horaire diminué de moitié.
Nous avons proposé de transformer les heures classe entière en arts appliqués et en langue en heures à effectif réduit.
 
Pour le bac pro
Nous notons positivement la présence d’un cadrage horaire annuel par niveau mettant fin au flou des grilles élèves tri-annualisées et permettant ainsi une répartition transparente et équitable pour une cohorte d’élève sur l’ensembles des niveaux. En complément, pour le calcul et la répartition des DHG, nous demandons qu’il y ait une référence claire au nombre de semaines d’enseignement, nombre de semaines d’examen et de PFMP comme dans les textes précédents.
Il manque encore en moyenne 1,5 heures-profs pour retrouver les moyens actuels. La situation en LV2 qui voit son horaire diminué de moitié doit être revue.
 
Pour le CAP et le Bac pro
Nous demandons que les élèves de la voie pro aient accès comme les autres lycéens à des enseignements facultatifs (artistiques et EPS).
 
 
Les moyens complémentaires
 
Pour le CAP
Le principe de « seuils de dédoublement » est maintenu avec une amélioration du seuil de 19 à 18 pour le français HG, les mathématiques, sciences physiques, arts appliqués, la PSE et l’EMC. Le SE-Unsa s’en félicite, c’était une de ses revendications.
Les heures de projet seront dédoublées sans conditions de seuil avec possibilité de répartition pluridisciplinaire.
Nous demandons :
  • que les heures d’accompagnement personnalisé en effectif réduit soient attribuées sans condition de seuil.
  • qu’il soit inscrit que la co-intervention est financée en plus des heures en groupes à effectifs réduits disciplinaires.
 
Pour le bac pro :
Le ratio des heures complémentaires profs en bac pro augmenterait de 1h en moyenne. Pour les spécialités de production le ratio passerait à 0,625 par élève à partir de 16 élèves (12,5h pour 20 élèves), pour les spécialités de services à 0,52 à partir de 19 élèves (12,5h pour 24 élèves). Le SE-Unsa demande que la baisse horaire élèves soit réellement compensée avec une augmentation des ratios qui permette d’atteindre 13,5h en moyenne.
 
Nous demandons par ailleurs :
  • qu’il soit inscrit que la co-intervention est financée en plus des heures en groupes à effectifs réduits disciplinaires.
  • Qu’un volume d’heures complémentaires soit garanti pour l’enseignement général
  • Que le mode de calcul des dotations complémentaires dans le cas d’un regroupement de sections de spécialités différentes soit explicité dans l’arrêté.
 
Des professionnels respectés et reconnus
 
Le SE-Unsa est porteur de nombreuses revendications pour les personnels.
  • Reconnaissance de leur professionnalité et de leur autonomie en ne fléchant pas a priori dans la grille-élèves des dispositifs pédagogiques (co-intervention, projet) mais en donnant les moyens et la formation aux équipes pour qu’elles construisent les dispositifs les plus adaptés à leurs élèves.
  • remplacement de l’indemnité de classes à examen (ISS voie pro) par une pondération alignée sur celle de la voie générale et technologique plus juste et rémunératrice.
  • création d’une indemnité pour les CCF.
  • respect du statut des PLP et de leurs obligations de service, qu’ils enseignent en voie scolaire ou dans une UFA.
  • plan d’accompagnement et de formation de tous aux nouveaux programmes et référentiels sur le temps de service.
  • temps pour le travail collectif dans le temps de service.
 

Navigation