Réforme des retraites : droits familiaux et pension de réversion

| popularité : 1%
L’Unsa a rencontré le haut-commissaire à la réforme des retraites le 6 juillet Cette réunion avait pour objectif d’aborder les droits familiaux et conjugaux et leur prise en compte dans un nouveau régime universel.
 
Lors de cette réunion, l’Unsa a évoqué les majorations de durée d’assurance, la compensation des interruptions et réduction d’activité, la majoration pour les parents d’au moins trois enfants, la réversion.
Aujourd’hui, dans le système actuel, l’arrivée des enfants est compensée pour les hommes et les femmes, les durées d’assurance accordées ne sont pas toutes utiles, les modalités pour traiter de la réversion sont très diverses selon les régimes.
 
Des études démontrent que les carrières des femmes sont durablement affectées par l’arrivée des enfants, dès le premier enfant, contrairement à celles des hommes (diminution du salaire des femmes de l’ordre de 15 à 30 % liée au retrait, temporaire ou permanent du marché du travail, recours au temps partiel).
Le nouveau système devra prendre en compte ces éléments pour améliorer l’équité homme/femme.
 
La pension de réversion s’inscrit dans la continuation d’une obligation légale de solidarité au sein du couple contractée au moment du mariage.
Elle a pour objet de maintenir le niveau de vie du conjoint survivant.
 
L’Unsa sera particulièrement vigilante à ce que le futur système compense les préjudices de carrière liés à l’arrivée des enfants. Il devra maintenir la réversion et améliorer sa prise en compte.