Rentrée des stagiaires : nos propositions pour l’améliorer

| popularité : 1%
Monsieur le Président du comité de suivi de la réforme de la formation,
 

Depuis son installation, notre comité observe, analyse et nourrit de ses rapports et contributions la mise en œuvre de la réforme de la formation. Notre comité est animé par l’ambition partagée de voir réussir cette pierre angulaire de la refondation de l’école. Si, au SE-Unsa, nous savons qu’il s’agit d’une construction longue et dynamique que les difficultés ne doivent pas condamner, nous pensons également que la rentrée 2015 doit connaître des améliorations sensibles pour développer davantage d’adhésion des différents acteurs, notamment les stagiaires et les formateurs. C’est une condition nécessaire à la réussite de la réforme.

Nous souhaitons partager plusieurs propositions concrètes avec le comité d’une part et lui demander, d’autre part, de travailler précisément l’une d’entre-elle : soigner la mise en stage.

S’agissant de nos propositions concrètes, nous pensons qu’il faut :

  • Desserrer l’étau de l’année de stage. La formation initiale repose sur un continuum de formation de la licence à la formation continuée lors des premières années. L’année de stage ne peut pas et ne doit pas viser à maîtriser toutes les situations professionnelles susceptibles d’être rencontrées dès la titularisation.
  • Planifier et expliciter l’organisation de l’année. La charge de travail de l’année de stage est importante. La planification et la stabilité sont des éléments très importants tant pour les stagiaires que pour leurs formateurs.
  • Rendre lisibles les modalités et critères d’évaluation. Les outils de suivi, les modalités et critères d’évaluation doivent être explicités et partagés entre tous les formateurs et avec les stagiaires.
  • Mieux cadrer le mémoire et encourager les travaux collectifs. En allégeant potentiellement, la charge de travail, des travaux collaboratifs seront plus faciles à accompagner, seront plus rassurants pour les stagiaires et développeront des formes de travail en équipe inhérentes à la professionnalité enseignante.
  • Organiser de premières articulations concrètes entre formation initiale et formation tout au long de la vie. La formation continue fait bien partie des missions des Espé. Si tout n’est pas faisable tout de suite, elles doivent s’engager dans cette voie et enrichir en même temps la formation initiale qui ne doit pas rester cloisonnée. Organiser concrètement, dès l’année prochaine, quelques moments comme des interventions de chercheurs ou des séminaires où stagiaires et titulaires sont invités à assister, participer et réagir donnerait un nouveau relief à ces actions de formation.
  • Soigner la mise en stage. La mise en stage ne doit pas être un plongeon dans le grand-bain avec la promesse de fournir plus tard les aides et outils nécessaires. Ces premiers pas dans la classe, seuls, le plus souvent, ne doivent pas se transformer en faux pas qui cristalliseraient des difficultés longues à dépasser par la suite.
 

Nous identifions ce dernier point, la mise en stage, comme un point clé et nous souhaiterions qu’un temps spécifique y soit consacré lors d’un prochain comité en dissociant le premier degré du second degré. En effet, si l’alternance s’organise pour tous autour d’un mi-temps en situation professionnelle, celui-ci concerne une voire deux classes dans le premier degré quand il y a plusieurs classes et une équipe pédagogique pour chacune d’elle dans le second degré. Nous proposons d’organiser notre réflexion notamment autour de l’information préalable des équipes, du choix des supports de stage et modalités d’alternance (par exemple des académies font le choix d’un binôme de professeurs stagiaires sur une même classe avec des modalités d’alternance variées : demi-semaine/demi-semaine ou trois semaines/trois semaines) et de l’organisation du tutorat mixte.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à notre contribution ainsi qu’à notre demande.

Veuillez croire, Monsieur le Président du comité de suivi, en l’expression de mes salutations distinguées.

Stéphane Crochet

Secrétaire national du secteur formation du SE-Unsa

Membre du comité de suivi de la réforme de la formation