Service des Profs Docs : des précisions qui posent des questions !

| popularité : 1%
Quel service pour les profs docs à la rentrée 2015 ?
Le nouveau décret sur le service des enseignants du second degré prévoit que les heures d’enseignement assurées par les professeurs documentalistes sont décomptées « pour la valeur de deux heures ».
Les précisions apportées par la circulaire que le ministère vient de rendre publique interrogent sur la volonté réelle de prendre en compte le travail des profs docs.

Les heures d’enseignement visées sont celles qui « correspondent aux heures d’intervention pédagogique devant élèves liées aux enseignements figurant dans les grilles horaires de chacun des cycles d’enseignement. ».
En clair pour les professeurs documentalistes, cela se limiterait aux heures d’accompagnement personnalisé en lycée et en 6e ainsi qu'à l’encadrement des travaux personnels encadrés et IDD.
De fait, la circulaire passe à côté de la très grande majorité des interventions pédagogiques des professeurs documentalistes.
Comme si le ministère souhaitait à tout prix minimiser la portée de la réforme… Une orientation qui interroge au moment où la ministre met en valeur l’éducation aux médias et à l’information dont les profs docs s’occupent depuis toujours.

Par ailleurs, le texte confirme que les profs docs ne peuvent toujours pas bénéficier d’HSA.

Certes, les précisions apportées par la circulaire permettent d’avancer concrètement dans la préparation de la rentrée prochaine.
Toutefois, le texte laisse de côté des questions essentielles :

  • Quelle compensation des (rares) heures « déduites » en matière de possibilité d’ouverture des CDI ?
  • Quelle reconnaissance de toutes les autres modalités d’intervention des profs docs (séances hors grille horaire, interventions ponctuelles, co-animation…) ?
  • Quelle reconnaissance du travail des professeurs documentalistes en REP+ par symétrie avec la pondération 1,1 dont bénéficient les autres enseignants ?

Le choix fait par la circulaire n’est conforme ni à la réalité des établissements ni à la volonté politique affichée par ailleurs.
Pour le SE-Unsa, il n’est pas possible d’en rester là !
 

Voir aussi :