Service des profs docs : le dossier n’est pas clos !

| popularité : 1%
Avec la parution du décret « missions et service », la rentrée 2015 aurait dû être celle de la reconnaissance du travail pédagogique des professeurs documentalistes. Dans les faits on en est loin !

Alors que ce décret précise désormais pour les profs docs que « chaque heure d'enseignement est décomptée pour la valeur de deux heures » le ministère en restreint l’effectivité en adoptant une définition  extrêmement limitée de « l’heure d’enseignement ». D’après la circulaire d’application, seules sont concernées les heures prévues dans les grilles horaires de chaque cycle. De ce fait, le texte ne s’applique pratiquement qu’aux heures effectuées dans le cadre de l’AP au lycée et en 6e. La très grande majorité des interventions pédagogiques des professeurs documentalistes reste en dehors du champ. Pour le SE-Unsa cette situation n’est pas acceptable.

Les nouveaux programmes du collège et les textes sur la réforme confortent le rôle pédagogique des professeurs documentalistes, notamment dans la formation du citoyen et dans le cadre de l’Éducation aux médias et à l’information.  Il est plus que temps de sortir de l’ambiguïté sur l’application du décret.

Le SE-Unsa demande que le ministère ouvre un chantier spécifique qui devra aboutir à un texte clair et effectivement applicable à tous. Dans l’immédiat, le SE-Unsa exige que la participation des professeurs documentalistes à l’AP et aux EPI soit bel et bien considérée comme des heures d’enseignement.

Par ailleurs, le travail sur le service doit s’accompagner de mesures d’égalité concernant l’alignement de l’indemnité spécifique des professeurs documentalistes sur l’ISOE, l’ouverture du droit aux HSA au même taux que les autres certifiés et la mise en place d’un allègement de service en REP+ qui soit le pendant de la pondération 1,1.
 

Voir aussi :

Collège 2016 : la place des profs-doc dans les EPI

Profs Docs : et si on ouvrait le droit aux HSA ?